LES FEMMES ET LE VIN

Les vendredis du vin n°39: Le vin qui aimait les femmes

Pour la 1ère fois, je m’invite et participe aux Vendredis du vin, sous la présidence de Jacques Berthomeau.
« Le thème : le vin qui aimait les femmes…quels sentiments lui inspirent les femmes ou une femme en particulier… »

S’il m’est permis aujourd’hui d’aborder le sujet du vin et des femmes alors j’apporterai de manière tendre et audacieuse ma contribution :

          On m’a demandé, à moi, de m’adresser aux femmes… Ma foi, elles parlent de moi, alors pourquoi pas!!! Je les observe, vigneronnes et femmes de vignerons, tous les jours elles me bichonnent, me soignent, me cajolent et vantent mes mérites auprès d’aventuriers téméraires se ruant dans les caveaux, avides d’une quelconque délectation  de mon précieux jus.

         Elles sont là, ne m’ont pas laissé orphelin, moi tantôt Fufluns, Bacchus ou Dionysos!!! Pour ce dernier, les déboires de ma mère, Sémélé, et de mon père Zeus, n’ont pas été étouffés ! Et j’ai survécu. J’ai survécu grâce à l’amour. L’amour de Zeus, qui m’a retiré du ventre de maman, morte par le supplice des éclairs, et m’a porté dans sa cuisse des mois durant.

          Je suis celui qui naquit deux fois, déguisé en femme pour me cacher de la colère d’Héra. Ah, les femmes ! Somptueuses nymphes, qui me virent grandir sur le mont Nysa et me bercèrent de leur précieux amour! Un berceau de nudité et de tendresse dans lequel je fis ma découverte, la vigne.

          Au déguisement, le féminin me sied bien. On me représentera par un bouc ou par un âne, mais la panthère me convient. J’aime les femmes, elles me le rendent tellement bien ! Leur amour et leur intérêt ne cessent de grandir à mon égard, au plus grand bonheur des hommes qui se ravissent de partager avec elles, tous ces délices.

            Les femmes m’ont toujours entourées, et aujourd’hui, s’embellissent, chantent, rient en dégustant mon élixir de longue vie. La coupe n’est jamais assez pleine ! Et  par cela, elles le vident ce calice, jusqu’à la lie! Elles en redemandent, toujours plus ! De nouveaux vins, de Loire, du Languedoc, du Jura… Du blanc, du rouge, avec du fromage, de la charcuterie, du chocolat… Puis elles conversent, échangent et… Bloguent !Mais quelle mouche bachique les a piquées?!

Femmes de l’ombre!

            Certaines m’aiment plutôt jeune, d’autres plutôt mûr. Alors, quand je les sens tremper leurs lèvres suaves, s’amuser de me faire tournoyer pour sentir la force angulaire de mes tanins serrés, j’avoue évidement, et vous l’aurez compris, que la beauté, la tendresse, et la clairvoyance de ces Vénus auront bel et bien toujours leurs places, dans ce monde parfois imaginé si masculin !

Publicités
Lire la suite de "LES FEMMES ET LE VIN"

J’AI TESTE LES VENDANGES A CORNAS, PARTIE II

MÉCANISATION IMPOSSIBLE!!!

           On ne récolte pas tout d’une seule traite! La vendange s’étend sur plusieurs jours, voir plusieurs semaines… Les maturités ne sont pas les mêmes selon les lieux où pousse la vigne (cela varie en fonction de l’exposition de la vigne, du lieu-dit et du village où elle est plantée et de la météo).

Récoltées à la main, les grappes sont triées minutieusement!

                Ici, à Cornas, les vendanges sont réalisées de manière manuelle. Aucune mécanisation n’est possible au regard de la fragilité et de  la forte inclinaison des sols. On laisse cette mécanisation aux grands domaines et aux « vignerons » moins soucieux de garder un joli raisin!

Le raisin fond dans la bouche, pas dans la main!!!

HOTTES ET VENDANGETTES!!!

              Les petites mains recrutées, armées d’une vendangette (pince qui permet de couper les grappes), travaillent sans relâche, des heures durant, taillent les grappes et séparent les bons des mauvais grains.

Porteur, un travail éprouvant!

                Les raisins sont alors disposées dans des seaux, puis versées dans des caissettes ou des hottes. Ce sont les personnes les plus gaillardes qui se voient confier le travail éprouvant de porteur.

Les seaux pleins sont versés dans les hottes!

VOUS ALLEZ ARRÊTER DE CRIER?!!!

                Plusieurs mots sont utilisés par les vendangeurs pour convier les porteurs à venir récupérer les seaux pleins de précieux raisins. On peut alors entendre, des heures durant, les exclamations : « porteur! », « seau! », « hotte! »…             Et quand cela se passe dans les coteaux pentus et escarpés de Cornas, je vous garantie que ces chants en canon, scandés par les vendangeurs peuvent rendre fous les porteurs! Cela arrive une fois ou deux dans la journée, quand tout le monde  se prête à ce petit jeu sadique en se mettant à appeler les porteurs en rythme, cela peut s’apparenter à une sacrée comédie! On peut également entendre des vendangeurs chambrant les collègues les plus lents! C’est ce qu’on pourrait appeler de la motivation collective!

Ils sont fous ces Gaulois!!!

DIRECTION LE DOMAINE!

              Les caisses pleines de raisins sont ensuite transportées par camionnette au domaine.

Les hottes sont vidées dans des caissettes

              Une fois entreposées dans la cuverie, les caisses sont vidées directement  dans un fouloir-égrappoir (sauf pour les cuvées traditionnelles), machine qui permet d’éclater les grains de raisin et de les séparer des rafles. Le tout est transféré dans des cuves en inox, en béton ou en fibre de verre. On obtient alors un contact entre les peaux contenant les levures et les matières colorantes, avec les sucres contenus dans la pulpe. (nous y reviendrons dans la partie III)

Les caisses sont ramenées au domaine

             Notons que beaucoup de vignerons utilisent des tables de tri avant l’étape du foulage.Ceci, afin d’ôter les baies indésirables. Mais à Cornas, au regard de la qualité sanitaire régulière des raisins, rares sont ceux qui investissent dans ces machines.

MODERNE OU TRADITION???La torpille du fouloir

              Les rafles (axe qui tient les raisins sur la grappe) sont enlevées ou non, selon la volonté du vigneron de réaliser un vin de façon moderne ou de manière traditionnelle. (quand on laisse les rafles, on parle alors de vinification en grappe entière).

Les rafles

                Néanmoins, toutes les parcelles ne permettent pas de garder les rafles. Ce choix varie en fonction de l’âge et de la qualité des ceps (pieds de vignes), de leur degré de maturité (si elles sont très vertes, oubliez-les), de la volonté ou non du vigneron d’établir un vin plus rustique, et de  ce fait, plus long à s’épanouir (les rafles apportent des tanins qui mettent du temps à s’assouplir).

LA PARTIE III SERA BIENTÔT PROCHAINEMENT DISPONIBLE, DANS LES FOLLES AVENTURES DE BINBIN FOUDEVIN!!!

Lire la suite de "J’AI TESTE LES VENDANGES A CORNAS, PARTIE II"

J’AI TESTE LES VENDANGES A CORNAS!!! PARTIE I

VIGNERONS, VIGNERONNES!!!

        C’est dans l’espoir de caresser la température du millésime et pour profiter d’instants magiques, que j’ai décidé, cette année, de me rendre dans les vignobles de l’ A.O.C Cornas (Vallée Du Rhône Nord), pour le cycle des vendanges. Pendant cette phase, mes pensées vont directement à tous les vignerons, hommes et femmes, qui ont patienté avec tant d’amour et d’appréhension, que la vigne mène son devoir à bien !

Ils travaillent toute l'année dans l'ombre!

         J’ai choisi de me rendre chez deux acteurs qui ont le vent en poupe, Johann Michel et Vincent Paris. Je n’oublie pas leurs femmes et enfants qui les soutiennent vaillamment, les comprennent et les accompagnent valeureusement dans leur travail, merci pour votre accueil!!!

UN VÉRITABLE ABOUTISSEMENT!

           Pour ceux qui connaissent la période des vendanges, il est inutile de leur détailler l’investissement que cela représente. Pour ceux qui n’ont jamais eu la chance d’y participer, c’est l’aboutissement d’une année de travail dans la vigne. Une période qui est naturellement précédée d’un stress énorme!!! Les vignerons ont œuvré pour apporter le travail le plus adéquat à la vigne. Ils ne sont pas maîtres de la climatologie, ni des maladies ou même des animaux… Et quand l’enfant de la vigne arrive à maturité, on peut apercevoir des colonies de fourmis se déplacer en rang d’oignons dans les vignes!!!

On peut observer des colonies de fourmis dans les arènes de Cornas!

C’EST TOUTE UNE ORGANISATION!

            Une sacrée organisation est nécessaire pour cette étape : recrutement des vendangeurs, préparation des caisses, des cuves, analyse des degrés de maturité des raisins, appréhension de la météo, préparation et désinfection du matériel… C’est une course contre la montre qui démarre et en même temps, le début d’un marathon.

TOUS DANS LE MÊME BATEAU!

              La vendange, malgré la rudesse qu’elle impose quant aux conditions de travail (dos courbé, chaleur, charges lourdes, station debout), est un véritable moment de bonheur pour ceux qui sont à même de prendre conscience du plaisir qu’apporte le fait de travailler dans la nature, en équipe, avec des bons-vivants !!! En somme, prendre du plaisir à partager des instants simples et précieux! Pendant cette période, on se retrouve avec des gens simples à la gaieté naturelle ! Tout le monde se trouve dans la même galère, au même niveau. Pendant les vendanges, on travaille, on rie, on boit, on chante, on se taquine !

La tablée du midi!!!

             J’aime aussi le temps de midi ou le glas sonne dans la vigne, invitant les vendangeurs et les porteurs à se réunir autour d’une tablée de victuailles et de rafraîchissements ! C’est le moment de discuter, de rire et de communier avec les comparses d’une si brève période ! Le vigneron ordonne de retourner à la vigne. La bande, soudée, repart alors en quête du raisin, généreusement abandonné par la vigne à l’homme !

LA VENDANGE, UN MOMENT UNIQUE!

           Chaque année, je me rends aux vendanges !Durant cette période, je refais le plein d’énergie, je prends ainsi la température du millésime ! Cette année 2011 n’a pas été des plus aisées pour les vignerons ! La grêle et l’oïdium (un champignon qui fait moisir le raisin, Il se caractérise par l’apparition d’une moisissure ou par léger duvet blanc, le seul traitement envisageable pour le contrer et faire cicatriser les baies atteintes, consiste à propulser du souffre en poudre dans les parcelles touchées. Quand il apparaît, les vignerons se ruent dans les vignes pour le contrer. Si certains d’entre vous ont pu apercevoir des roses à l’entrée des rangs de vignes, elles sont présentes pour prévenir le vigneron de la présence du champignon, ce sont des fleurs extrêmement sensibles à l’oïdium) ont frappé la vigne… Mais les rendements sont tout de même au rendez-vous. Les degrés sont montés rapidement début septembre. Quant à la concentration, il faudra attendre un peu pour savoir si les fortes pluies de juin, juillet et août n’auront pas apporté trop de dilution dans les raisins. Nous auront alors la clef pour juger précisément ce millésime. J’ai goûté le jus juste pressé !!! Le Paradis !!!

POURQUOI PARTICIPER AUX VENDANGES?

              Les mentalités sont à l’abri de tout stress que la vie  citadine impose quotidiennement. On découvre alors, des personnalités, des âmes profondes dans des cadres parfois uniques. Cette joie laisse rapidement oublier la difficulté de ce travail, et l’on comprend vite pourquoi tant de personnes s’affairent chez les vignerons pour participer à ce travail d’orfèvre !

LA PARTIE II DES VENDANGES A CORNAS, TRÈS PROCHAINEMENT, DANS LES FOLLES AVENTURES DE BINBIN FOUDEVIN!!!

Lire la suite de "J’AI TESTE LES VENDANGES A CORNAS!!! PARTIE I"

BLANC CONTRE ROUGE AVEC LONCLE (A Megève partie II) #3

…LE TÉLÉPHONE SONNE, SUIS A MEGÈVE, BLANC CONTRE ROUGE ?

A force de recevoir les messages au volant, il va finir par m’arriver quelque chose!

LA SECONDE PASSION DE LONCLE

LONCLE, Il EST AUSSI MICOPHILISTE,

               Cela veut dire qu’il est passionné de champignons. Beaucoup d’entre nous ont la passion des timbres (philatélistes), des pièces de monnaie (numismates), et biens d’autres objets insolites que nous nous contentons de toucher avec les yeux. Loncle, lui, ne se fait pas attendre pour faire disparaître ses nouvelles trouvailles aussi fraîchement cueillies. C’est ce qu’on appelle de la collection éphémère ou consommable…

Loncle, c'est le bon français, vous me suivez?!!!

             Vins, champignons, musique sont ses passions… J’avais déjà pris l’initiative de vous décrire le personnage, mais ce gars là, c’est un sacré épicurien. Rares sont les moments où ce gourmand gaillard se retrouve seul pour manger sa cueillette et boire son vin sur un son de Cut Copy… Et oui Loncle, comme beaucoup  de bons gastronomes, aime bien partager les chouettes moments de gourmandise.

ALLEZ HOP, UNE GLACIÈRE, UN VIN BLANC, UN VIN ROUGE

          La Wine Mobile est prête, une bouteille de vin blanc et une de rouge calée dans chaque portière (il paraît que si on ne fait pas ça, l’équilibre de la voiture n’est pas parfait) et direction Megève !!!

          2 heures depuis Lyon, jamais je n’aurais échangé ma place, une soirée avec Loncle et, à la clef, une balade en alpage, ça ne se refuse pas !!!

           Pas le temps d’arriver au chalet que Loncle m’envoie un nouveau message : « Suis dans le centre ville de Megève, un petit verre de Roussette ? » Et c’est reparti !!!

            Quelques verres d’AOC Altesse(Cépage roussette, ce cépage aurait été, dit-on, ramené de Chypre par un Croisé, le comte de Mareste. Désormais typiquement savoyarde, riche et aromatique, elle donne des vins tendres. Elle entre seule dans les Crus de la Roussette de Savoie Frangy, Monthoux, Marestel, Monterminod. En dehors des Crus, elle est associée au chardonnay et à la mondeuse blanche.) plus tard et six œufs bio dans le panier, nous sommes fin prêts pour le dîner tant désiré !!!

          Six œufs seulement ? Quand on a 300 grammes de girolles sous la main, ça suffit amplement ! Je crois que ce ne sera pas une omelette aux girolles, mais des girolles à l’omelette !!!

300 grammes de girolles!!!


               A l’apéritif (oui c’est le vrai apéro maintenant !), AOC Altesse d’André et Michel Quénard 2010, fraîchement sortie du caveau ! Une belle robe dorée, d’un bel éclat et une limpidité éclatante.

Altesse de chez A. et M. Quénard

                  Au nez, les arômes de fleurs blanches se mêlent aux parfums légers d’abricots et de pêches blanches. Une bouche soutenue, toute en tension fraîche et délicate ! Pas de sensation alcoolique, mais l’envie spontanée de s’en reverser une larme, pas le temps d’y penser que Loncle à déjà agi !!! Tu lui tournes le dos trente secondes et il t’a déjà resservi, le bougre! En voilà un qui sait s’occuper de ses hôtes !

                 Les girolles crépitent déjà dans la poêle, c’est Loncle qui s’occupe de la cuisson des champignons, Binbin, lui son truc, c’est l’omelette ! Et c’est parti, une omelette baveuse et jaune à souhait s’il vous plaît !

C'est parti pour l'omelette!!!

ET PAN, SUR LE GOULOT!

                Mesdames, Messieurs, ce soir en direct live de Megève, Loncle a sélectionné pour vous, un Chassagne-Montrachet 1ercru « Clos de la truffière » de Chez notre ami Vincent Girardin 2002. La richesse de ce grand vin offre une parfaite tenue sur l’omelette ! Une fois la réduction passée (c’est quand le vin manque d’oxygène, il sent un peu l’œuf pourri, ne vous inquiétez pas il suffit de le carafer quelques secondes ou l’aérez simplement dans votre verre, les notes d’élevage apparaissent !!!), le vin vibre et laisse apparaître des notes de noisettes légèrement grillées, de beurre fondu et de fruits secs.

Mais où se cache donc le Chassagne?

               La bouche n’est pas molle (pour un millésime 2002, je suis assez surpris car les vins avaient tendance à rapidement s’oxyder) et s’accorde à merveille. sur notre plat.  Un vin qui marche sur des œufs, somme toute !

ET PAN, DANS LE VERRE !!

               Pas le temps de finir l’omelette que Loncle a déjà fait sauter le bouchon d’un Gevrey-Chambertin « En champs », de chez Geantet-Pansiot 2000. Et là, c’est le silence assuré !              Nous nous regardons mutuellement, bouche bée, et soudainement, nous chantons en cœur « C’est grand !!! L’iris, ça sent l’iris a plein nez !!! » Grande classe, très Grand Vin !!! A point !

ET PAN, DANS LE FÛT !!!

            Pouilly-Fuissé « Cuvée Claude Denogent » domaine Robert Denogent (Robert, c’est le nom du vigneron actuel, Jean-Jacques Robert, et Denogent, c’est le nom du grand-père, Claude Denogent) 2007.

La cuvée Claude Denogent

                Belle acidité, nez de coing (un peu bizarre, on se serait presque crus en Val De Loire sur un cépage chenin… Oui le chenin, en général, ça sent le coing). Tous deux d’accord (comme très régulièrement) pour annoncer un boisé un poil prononcé, peu être encore un peu jeune…

23 HEURES, Y’A ENCORE QUELQU’UN ???

                 C’est le Domaine Des Grécaux qui sonne à la porte. Et là dedans, ça sent le « thiol » là dedans, là j’avoue, je ne tremperai pas mes lèvres une deuxième fois. Le bourgeon de cassis est omniprésent et domine de manière trop exacerbée au nez comme en bouche (le thiol, c’est un dérivé du mercaptan ou H2S, mais nous y reviendrons une prochaine fois…).

Un vin qui nous fait défaut, ça arrive...

Imbuvable ! Ça arrive !

LE PROGRAMME DU LENDEMAIN ?

Un petit dénivelé de 700 mètres (il faut bien éliminer !).

              Un resto à 1800 chez la famille Sibuet (le lieu s’appelle le « S », la note un peu salée et un service un poil snob m’ont fait oublier le repas plutôt correct), et une descente dans la forêt, à la recherche de cèpes introuvables… Heureusement, un cueillette de serpolet à ranimé ma flamme d’amoureux de cuisine !!!

La montagne, ça vous gagne!!!

Sympa Megève ! Merci Loncle !!!

LA SUITE DANS LES FOLLES AVENTURES DE BINBIN FOUDEVIN !!!

Lire la suite de "BLANC CONTRE ROUGE AVEC LONCLE (A Megève partie II) #3"

BLANC CONTRE ROUGE AVEC LONCLE (A MEGEVE) #2

MOI JE LES AIME BIEN, CES QUENARD !!!

Quand mon téléphone bipe et affiche :

« Caisse de 6 ou de 12? Je suis à Chignin!!! » Y’a pas de doute, François dit « Loncle » a fait un petit détour chez les Quénard… Vous me direz, mais de quel Quénard il parle, celui-là?  Le petit village de Chignin en est infesté!!! Il suffit d’y passer, de lire les noms sur les boîtes aux lettres pour comprendre…(je me suis même amusé à les compter, ils sont 39 recensés pour une population de 795 habitants !!! Le village de Chignin se situe entre Chambéry et Albertville.

Quénart et Quénard

            En plus, la moitié des Quénard sont vignerons. Et en Savoie, croyez-moi, y ’a du bon !!! (Vous m’excuserez pour le y, ce n’est pas de ma faute, y suis Lyonnais). Si certains d’entre vous ont déjà eu la chance de découvrir le domaine de Jean-Pierre et Jean-François Quénard, peut-être me confirmeront-ils que c’est « le » domaine qui monte dans la sphère « Quénard »!!!

          Mais pour Loncle, c’est le domaine d’André et de Michel qui se situe au sommet de la pyramide Quénard.

« LES VINS DE SAVOIE, NON MERCI,C’EST PAS POUR MOI!!! »

              Il serait dommage que certains d’entre vous, continuent d’avancer tête baissée dans les stéréotypes du genre: « Ah moi et les vins de Savoie… bof…c’est pour la raclette… », ou « Les vins de Savoie, j’aime pas ils sont acides… ». Je vous arrête tout de suite… Un conseil, Les stéréotypes de ce genre, oubliez les, et surtout, ne faîtes pas de généralité, rangez-les bien enfouis dans une malle, et laissez-les là où ils sont!!!

Le « French » stéréotype!!!

          Avez-vous tout goûté en Savoie ? Avez-vous dégusté chez tous les vignerons ? Tous les millésimes (années)? Non??? Ma foi, moi non plus… Une seule certitude dans le vin, comme dit si bien Loncle, l’incertitude !!!

           Si certains se disent, « J’aime la syrah, par contre, les vins de Savoie, du Beaujolais, du Forez, c’est pas aussi bon que la syrah !!! » (Et ce n’est qu’un exemple, mais que j’entends assez souvent !) Alors je prends position, et je vous réponds :  « Moi, j’aime le bœuf Charolais, mais le bœuf Limousin ou de Salers c’est pas aussi bon que le Charolais… »  Même famille, mais pas la même variété et surtout, pas le même terroir ! Alors comparons ce qui est comparable et restons cohérents !!! Certes, nous avons tous des cépages de référence !

« Moi j’ai plein de stéréotypes!!! »

            Pour certains la syrah, pour d’autres la mourvèdre, le pinot noir, le cabernet franc, pour les vins rouges. Pour les vins blancs, le viognier, et pour d’autres le chenin, le sauvignon blanc, le Gewurstraminer… A chaque vin, sa typicité et son terroir. Nous ne pouvons plus avancer avec des oeillères de nos jours  !!!

            C’est une question de plaisir avant tout, je suis d’accord. Mais un des fondements de l’école de la découverte dans le monde du vin, c’est l’humilité. Tentez l’aventure avec vos amis, une petite dégustation à l’aveugle où une mondeuse noire de chez Grisard sera glissée parmi quelques syrah de la vallée du Rhône septentrionale,  permettra de remettre les pendules à l’heure!!!

Allons-y pour un bluff!!!

            Vous vous apercevrez, comme par magie, que très peu, voir aucun de vos convives, n’y verront une quelconque différence !!! C’est dans la tête et dans les aprioris que tout se passe!!!

            Tiens, une autre bonne nouvelle. Pour l’AOC Chignin Bergeron, certains me diront, ah non, les Chignin, ce n’est pas pour moi, je n’aime pas !!! Et bien il suffira de répondre : « Le Chignin, ce n’est pas la même chose que le Chignin-Bergeron« … Stupeur dans l’auditoire… Le bergeron, n’est autre que le synonyme du cépage roussanne, variété de raisin capricieuse qui donne tant de caractère floral et fruité aux vins blancs des AOC St Joseph, Crozes-Hermitage, St Péray et autres Châteauneuf-Du-Pape.

              C’est dingue quand même…Qui l’aurait-cru ??? Comme quoi !!! Et le Chignin en un seul mot, c’est du cépage jacquère dont il s’agit…Trouvez un bon vigneron, vous verrez qu’il y a du bon…

ET GLOU ET GLOU ET GLOU!!!

Une petite caisse de 12?!!!

                 Ce Domaine André et Michel Quénard excelle depuis de nombreuses années sur Chignin! Et quand j’ai la possibilité d’en avoir, c’est plutôt deux fois qu’une!!! Il est vrai qu’à 73 euros la caisse panachée de quelques 12 bombes de gamay, de mondeuse noire, d’altesse, et d’autres spécialités de notre chère Savoie, on ne peut guère se priver d’acquérir d’aussi bons rapports prix-plaisir de nos jours !!!

BIP, BIP, VOUS AVEZ UN NOUVEAU MESSAGE !!!

Quelques girolles!!!

               Trois  heures plus tard… Le téléphone bipe à nouveau, affiche une photo de girolles fraîchement cueillies par Loncle(et oui Loncle, c’est l’homme le plus foooort du monde). Le message magique tant attendu avec Loncle apparaît : « Suis à Megève, Blanc contre Rouge ?!!! » Pas besoin de me le dire deux fois…Ce week-end c’est Magic Mushroom’s party à la Montagne !!!

LA SUITE DANS LA DEUXIÈME PARTIE DES FOLLES AVENTURES DE BINBIN FOUDEVIN A MEGEVE!!!

ANDRE ET MICHEL QUENARD
Torméry
73800 CHIGNIN
tél : 04.79.28.12.75
fax : 04.79.28.19.36
email : am.quenard@wanadoo.fr
 
Lire la suite de "BLANC CONTRE ROUGE AVEC LONCLE (A MEGEVE) #2"

MERVEILLE DU BÜRGENLAND

           Quand mon amie Lisa, originaire de Californie, revient en France, quelques jours avant mes 27 bougies, elle n’oublie pas pour cette occasion, d’apporter un vin majestueux. Et celui là, je le bois en trois fois, malgré sa faible contenance (50cl). Une fois en famille, une fois avec les amis et une fois tout seul!!!

Il y a des dégustations dont on se rappellera toute sa vie, et celle là en fait d’ores et déjà partie!

           Déguster un riesling autrichien du Bürgenland (frontière Austro-Hongroise), ça n’arrive pas tous les jours!!! On ira plus facilement vers un vin de Sauternes ou de Barsac… Personnellement, je raffole des vins liquoreux allemands, autrichiens et sud-africains!!!

La Dégustation d’un riesling pas comme les autres!!!

« Welschriesling, trockenbeerenauslese,nummer 7, 2004, Kracher »

         Ça ne vous parle pas??? Je vous fait la traduction!!!

Welschriesling, signifie que ce vin est issu du cépage(variété de raisin) riesling.

Trockenbeerenauslese, signifie qu’il provient d’une sélection de raisins, séchées (certainement produit comme du vin de paille, le raisin sèche sur des claies ou sur le pied de vigne).

Les vins sont numérotés selon la provenance des parcelles!

« Nummer 7 », ce nombre représente la parcelle qui a permi de produire cette cuvée (cette parcelle s’appelle en réalité Zwischen den Seen qui signifie, entre les lacs). Chaque parcelle, composée de différents cépages, est numérotée. Toutes les cuvées ne sont pas produites chaque année, cela dépend bien sur de l’état sanitaire des raisins!!!

2004, c’est le millésime.

Et Kracher, c’est le nom du domaine

Vous voyez c’était facile!!!

Revenons à nos moutons!!!

-La robe de ce vin s’est révélée éclatante, limpide, avec des nuances d’or cuivré!

-Le nez complexe, laissant apparaître des notes concentrées de fruits secs (abricots, raisins de corinthe,ananas,coco),d’agrumes (pamplemousse),d’épices douces (poivre du sichuan), de fleurs (rose,tilleul…), de torréfaction (tabac) et de fruits frais à noyau (pêche, abricot).

-La bouche, d’une tension parfaitement stratosphériquement régulière, un moelleux à vous couper le souffle!!! elle confirme les arômes perçus lors de l’olfaction accentuée d’une touche mielleuse nougatée, ciselée et vibrante, avec une interminable longueur en bouche!

Le tout porté sur seulement 10,5°C, y’a pas à dire, dans cette cuvée, on fait le plein de fraîcheur et d’émotions!!!

La vinification : en barrique neuve d’une contenance de 1000L pendant 22 mois.

Le potentiel de vieillissement : vous pourrez le boire entre 2010 à 2040

L’accord parfait :

Pour le salé, n’hésitez pas à l’adopter sur un foie-gras grillé servi de figues rôties! Pour le sucré, je l’ai tout bonnement apprécié sur un macaron caramel-beurre salé, mais toute une gamme de desserts ou de fruits feront l’affaire, du chocolat à la tarte au citron!!!

Mais qui est donc Kracher???

             Famille atypique très soudée, fortement ancrée dans le village d’Illmitz, au bord du lac de Neusiedl en Autriche. A la tête de l’exploitation vinicole, Gerhard Kracher, dirige d’une main de maître ce domaine, hérité à la mort prématurée de son père

              Les vins de la région de Laubenhof sont uniques! Pratiquement aucun autre vin sucré n’a atteint un tel niveau de reconnaissance mondiale, et seuls quelques-uns sont venus titiller les vins de ce domaine  lors des concours.

Le Directeur: Gerhard Kracher, millésime 1981

               Celui qui acquiert un tel héritage, doit inévitablement faire face à de  nombreux facteurs difficiles à gérer! Depuis 2007, Gerhard Kracher a su faire perdurer la qualité et la reconnaissance des vins que son grand-père et son père avait si humblement contribué à développer

                Bien que Gerhard soit jeune, il est également très expérimenté dans la cave et les vignobles. Il s’agit d’un authentique « Burgenländer »! Egalement globe-trotter il aime la cuisine californienne et le mode de vie dans le sud de la France. Il ne s’arrête jamais de regarder vers l’avenir!

Contactez les :

WEINGUT KRACHER
Apetlonerstraße 37
A-7142 Illmitz
Tel: +43 (0) 2175 3377
Fax: +43 (0) 2175 3377-4
office@kracher.at

LA SUITE DANS LES FOLLES AVENTURES DE BINBIN FOUDEVIN!!!

Lire la suite de "MERVEILLE DU BÜRGENLAND"