LA VALSE DES PAPILLONS

A l’aube d’une obscurité naissante,

Le ciel se voûte et les nuages laineux,

Calment les ardeurs des cristaux de feu,

Qui, comme à chaque crépuscule, pénètrent le velours

De cet impudique amour.

Publicités
Lire la suite de "LA VALSE DES PAPILLONS"