LES FLEURS DU MAL

Pour ces Vendredis du Vin n°49, c’est notre présidente répondant au doux nom de Fleur qui a repris le flambeau… « Le vin et les fleurs, ses fameuses notes florales).

Pour ne pas faire encore une fois comme les autres, je vous propose ce mois-ci de lire à voix haute ce poème sorti tout droit de la plume de notre ami Baudelaire. Un texte issu du recueil « Les Fleurs Du Mal » qui a failli être interdit à cause de l’étroitesse d’esprit d’un certain Ernest Pinard. Pour le coup mon cher Ernest, je te déchois en bon Binbin Foudevin de ton Petit nom et te laisse généreusement le choix entre Evin ou Picrate.

L’ÂME DU VIN

Un soir, l’âme du vin chantait dans les bouteilles :
 » Homme, vers toi je pousse, ô cher déshérité,
Sous ma prison de verre et mes cires vermeilles,
Un chant plein de lumière et de fraternité !

Je sais combien il faut, sur la colline en flamme,
De peine, de sueur et de soleil cuisant
Pour engendrer ma vie et pour me donner l’âme ;
Mais je ne serai point ingrat ni malfaisant,

Car j’éprouve une joie immense quand je tombe
Dans le gosier d’un homme usé par ses travaux,
Et sa chaude poitrine est une douce tombe
Où je me plais bien mieux que dans mes froids caveaux.

Entends-tu retentir les refrains des dimanches
Et l’espoir qui gazouille en mon sein palpitant ?
Les coudes sur la table et retroussant tes manches,
Tu me glorifieras et tu seras content ;

J’allumerai les yeux de ta femme ravie ;
A ton fils je rendrai sa force et ses couleurs
Et serai pour ce frêle athlète de la vie
L’huile qui raffermit les muscles des lutteurs.

En toi je tomberai, végétale ambroisie,
Grain précieux jeté par l’éternel Semeur,
Pour que de notre amour naisse la poésie
Qui jaillira vers Dieu comme une rare fleur ! « 

Charles BAUDELAIRE   (1821-1867)

A l’iris nous avions associé il y a peu de temps les arômes d’un Gevrey-Chambertin « En Champs » 2000 de chez Geantet-Pansiot sur un petit gratin de girolles… BLANC VS ROUGE AVEC LONCLE…

LA SUITE DANS LES PROCHAINES AVENTURES DE BINBIN FOUDEVIN…

Publicités
Lire la suite de "LES FLEURS DU MAL"

A BOUCHE QUE VEUX-TU?

J’avais dans mes petits papiers quelques repères idéals pour déjeuner du côté de Paris. Mais cette fois-ci, mes doigts ont pianoté plus vite que ma pensée… La réponse tombait sur les réseaux sociaux avant même que mon message ne soit publié… Maître Iommi veillait au grain…  Le mercredi, c’est le jour de sortie du Binbin et le Jedi s’est alors dit « S’il est à Paris, tous les coups sont permis »…  « Va chez l’ami  Arthur Petillaut à l’Hédoniste par ex… »

 5 minutes plus tard, une horde de gastronomes trombinoscopiques m’envoyait manger dans toute la ville…

Midi Pile… Les poutres dévoilent leurs rondeurs faisant valser le drapeau de l’hédonisme au dessus de nos têtes. Le temps s’est arrêté… Pif, miam, slurp

La prochaine fois, on pourra peut-être s’en faire une tous ensemble… Mais il faudra vous mettre d’accord… Tant de bons rapports prix/plaisirs à Paris… Mais cette fois-ci, je n’ai ni le temps ni l’estomac pour tout essayer… Il va falloir que j’aille y vivre quelques mois… Et peut-être redescendrais-je dans la capitale Curnonskyenne (Lyon) dans une barrique bourguignonne…

Accord mets & photo… Les mots me manquent… Le lapin du Bois de Boulle (44), cuisse, râble, côtelette, cuissot… Et la tête et la tête… Gentille lapinette!

Direction le quartier Montorgueil, ils sont là, bien échauffés. Et un et deux sourires, l’hédonisme ne commence t-il pas dans l’amitié selon Epicure?

Bistrot chic, bistrot chic… Non, non mesdames, messieurs, un restaurant, un vrai dans lequel vous venez vous faire fissurer le palais. Laissez-les choisir les plats et les vins, ils savent faire leur métier!

Les conseils d’Antonin, l’Hédoniste, deux sourires, et des nouveaux copains… Le cadre est minimaliste et rassurant… Les poutres à la française dansent au plafond… Et le regard si malicieux de cette fille de Champagne lorgnant sur mon petit lapinou… A moi l’impétueux Hédonisme!

La carte des vins… Je commence à comprendre la raison pour laquelle j’ai atterri au Paradis. Il y a du vin « nature » (mais provenant uniquement de vignerons qui en maîtrisent l’art) et de beaux flacons plus classiques mais néanmoins de très belle facture, des gens naturels ainsi qu’une cuisine simple, vraie et perfectionniste…

A bouche que veux-tu… Une robe dorée, des notes de rhubarbe, d’anis et légèrement oxydatives de poire et de coing. La bouche est fraîche et pleine. Belle découverte- Affaire à suivre (cf photo 3)

Le menu du jour ou l’art de maîtriser et de revisiter de simples basiques… Entrée pétillante de saveurs!

Gaspacho de tomate, huile de Kafir (combava ou citron vert bosselé aux arômes puissants mais subtilement dosés tirant sur le palais et exhaustant la saveur déjà tendue de la tomate),gingembre, petites girolles soyeuses et des herbes folles au pouvoir iodé enveloppant.

Le service est audacieux et Jean Cocteau serait heureux de savoir que ces admirateurs officient à l’Hédoniste. Le tact dans l’audace, n’est-ce pas de savoir jusqu’où l’on peut aller trop loin?

Domaine Les Terres Promise. Un néo-vigneron installé dans les Bouches du Rhône…. VDP de la Sainte Beaume « Ugny blanc & Rolle 2011, Jean-Christophe Comor. Une très belle surprise!  Et un accord idéal sur mes deux plats. A servir bien frais.

Plein d’humour, de bon boire et de manger.

Le lapin du Bois de Boulle (44) (non ce n’est pas une blague), dans tous ses états. Caramba, jamais je n’avais mangé un lapinou aussi fondant! L’équilibre du goût et des textures est respecté. Y’en a pas qui pourraient prendre exemple?!

C’était parfait, intense pour les sens… Le temps s’arrête et le plaisir continue…

Chocolat & Thé Matcha, kumquat et passion…

Bravo les gars! La tête dans les étoiles… Pif, Miam, Bye!

LA SUITE DANS LES PROCHAINES AVENTURES DE BINBIN FOUDEVIN…

Lire la suite de "A BOUCHE QUE VEUX-TU?"

LE VIN DANS LA GRANDE DISTRIBUTION

C’était une première pour Binbin Foudevin… L’occasion de tester des vins sélectionnés par les responsables Achat/Vins de l’enseigne Système U (Jean-François Rovire & Emmanuel Podevin) à l’occasion de la traditionelle Foire Aux Vins de Septembre. Un exercice périlleux pour Binbin qui n’est pas FOUDE G.D.

Même si je ne m’étendrais pas sur la sélection des vins proposée ce soir là par Système U, je m’autoriserais simplement à reconnaître que celle-ci était cohérente et de bonne facture. Les membres de l’enseigne n’ont pas cherché à nous acheter, furent transparents et prirent vraiment le temps d’échanger.

(La belle surprise, l’AOP Bourgogne 2010 rouge de Dominique Laurent)

Difficile d’appréhender objectivement la G.D. quand vous vous rendez toute l’année sur les marchés, chez les vignerons et les petits commerçants indépendants…

Avoir un discours modéré plutôt que de tomber dans la facilité du cassage de brique sur le dos de la Grande Distribution ou « De l’art de frapper à coup de martinet sur des « Poumons Economiques » comme un parfait connard à oeillères »… Tel est l’exercice d’équilibriste auquel j’ai souhaité me prêter. Mais je ne ferai pas mieux que ce rapport qui exprime au mieux la réalité.

Voici le rapport très intéressant réalisé par le Cabinet Ernst and Young pour l’ONIVINS, et qui  reste selon moi toujours d’actualité 11 ans après sa publication:

 » ETUDE SUR LA POSITION DE L’OFFRE FRANCAISE ET DE LA COMPETITIVITE A TERME »

LE POIDS CROISSANT DE LA GRANDE DISTRIBUTION :

En France, la mise en marché des vins a longtemps été caractérisée, par la prédominance du négoce dans l’Ouest et des coopératives et groupements de producteurs dans le Sud Est.

Depuis quelques années, la grande distribution est devenue en France le débouché principal pour la commercialisation du vin. En 2000, les grandes et moyennes surfaces (GMS) assurent 75 % des ventes de vin aux ménages en France, contre seulement 46 % en 1990.

Cette tendance s’observe sur la plupart des grands marchés européens : la grande distribution représente 70 % des ventes de vin en Grande-Bretagne et 67 % en Allemagne.

Or, comme le souligne un rapportde l’ONIVINS sur la compétitivité de l’offre française, ce circuit présente l’inconvénient d’être peu prescripteur. Les consommateurs sont placés devant une offre variée et peu lisible, sur laquelle ils ont peu de prise en l’absence de conseillers à l’achat.

Ce mode de distribution rend, par conséquent, indispensable de toucher les consommateurs par de nouveaux moyens, tels qu’une stratégie de communication directe et un packaging attrayant.

Les conséquences sur les achats de vin

La grande distribution met en oeuvre des politiques d’achat particulières, qui bouleversent les relations traditionnellement nouées par les producteurs et les négociants avec l’aval.

Ces politiques se caractérisent, tout d’abord,par un intérêt fort pour les produits marquetés, susceptibles d’être fournis en grande quantité et générateurs de marges conséquentes.

D’autre part, les grandes surfaces s’efforcent derépondre aux attentes des consommateurs en matière de diversité et d’exotisme, en leur proposant des vins du nouveau monde.

En France, ces derniers occupent encore un espace relativement réduit dans les linéaires. Selon les chiffres transmis au groupe de travail lors d’un déplacement dans deux grandes surfaces de la région parisienne, à l’invitation de la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD), les vins du nouveau monde représenteraient un tiers des vins étrangers vendus par Auchan, qui ne constituent eux-mêmes que 2 % des vins tranquilles commercialisés par cette enseigne.

Il n’en reste pas moins que les choix conduits par la grande distribution se traduisent par une réduction du nombre de références, au détriment des vins de milieu de gamme, peu différenciés et non soutenus par un effort commercial. Les vins de pays du Sud Est souffrent particulièrement de cet effet d’éviction.

Une autre tendance relevée est le développement de l’intégration qui répond au souci de la grande distribution de maîtriser son approvisionnement.

Cette stratégie se traduit, en premier lieu, par ledéveloppement des marques de distributeurs (MDD) dans le rayon des vins tranquilles.

Les MDD représentent une part significative, en constante augmentation, des ventes de vin des GMS : 30 % des volumes de vin vendus toutes catégories confondues. Leur place est particulièrement importante sur le segment des vins de pays (38 % des volumes commercialisés), mais régresse sur celui des vins de table (29 % des volumes vendus). En outre, 23 % des volumes de VQPRD sont vendus sous MDD.

Les MDD assurent, en moyenne, 22,5 % du chiffre d’affaire des enseignes.

Les volumes de vins vendus sous MDD sont :

– à 42 % des VQPRD ;

– à 30 % des vins de table ;

– à 28 % des vins de pays.

La distribution de produits sous marques de distributeurvise à fidéliser une clientèle sur des produits de qualité régulière, grâce à des marques facilement identifiables.

Sur le marché des vins, les MDD n’ont pas été créées pour contrebalancer le poids d’autres grandes marques, à l’image de ce qui ce passe pour d’autres produits. Elles ne font qu’occuper un champ libre.

Elles parviennent d’autant mieux à s’imposer qu’elles sont très discrètes. Le nom de l’enseigne n’apparaît le plus souvent que sur la collerette. Les vins commercialisés sous la marque Champion comportent même une collerette amovible, qui peut être retirée au moment où la bouteille est mise sur la table. De même, le groupe Auchan utilise un nom -Pierre Chanau- qui est l’anagramme de cette enseigne et qui pourrait être la signature de n’importe quel négociant.

Il reste que l’absence de marques puissantes issues du monde vitivinicole conduit à abandonner à la grande distribution les marges que ce support commercial est susceptible de générer.

Parfois, l’intégration va plus loin que la simple commercialisation de vins sous marque de distributeur. Elle consiste, par exemple, en l’établissement de contrats de filière.

Cette pratique est mise en oeuvre par le groupe Carrefour. Les contrats qui lient cette enseigne à des fournisseurs -producteurs ou négociants-, visent à lui garantir une régularité de l’approvisionnement. Ils sont aussi une garantie de qualité puisque la contractualisation est fondée sur un cahier des charges définissant les zones de production, les cépages utilisables, et établissant des préconisations en matière de conduite de la vigne, de vinification voire de conditionnement. Elle s’accompagne d’un contrôle annuel sur l’exploitation. Carrefour a ainsi signé une quinzaine de contrats dans le cadre de sa filière qualité.

Cette évolution, guidée par le souci de« coller au mieux à la demande », constitue une forme de pilotage par l’aval qui, trouvant sa source en dehors de la filière, risque à terme d’installer le monde vitivinicole dans une forme de dépendance. Elle devrait pourtant servir d’exemple au développement de démarches similaires au sein de la filière.

LE CHIFFRE DE SYSTEME U :

En 2010 : 500 millions de C.A. réalisé par Système U dans le secteur Vin pour un chiffre d’affaire porté à 20 milliards d’euros.

Mes remerciements à Emmanuel Podevin pour la belle discussion autour d’une passion commune.

LA SUITE DANS LES PROCHAINES AVENTURES DE BINBIN FOUDEVIN…

Lire la suite de "LE VIN DANS LA GRANDE DISTRIBUTION"

CHEZ PIERRETTE A LA LOZERETTE…

La quête aux bonnes tablées lozériennes fut sans relâche… Les réseaux sociaux aidant, notre navire a donc chaviré et élu domicile au restaurant La Lozerette dans le village de Cocurès, à l’ouest de Florac dans la partie sud de la Lozère.

Pas un restaurant de sûr dans le charmant village de Florac… Nous nous exilons donc sur Cocurès

L’hôtel-restaurant paraît accueillant au 1er coup d’œil, une terrasse arborée et aménagée juste en face sur laquelle il nous est recommandé de prendre le premier verre.

Qu’il est bon de prendre l’apéritif sur la terrasse arborée du restaurant. Sans vouloir paraître snob, un Champagne de vigneron aurait été plus souhaitable…

Champagne D…Z  (comme on n’aime peu on en dit peu) et quelques merveilles d’amandes entières grillées et croquantes.

Amandes grillées, une très belle alliance sur du Champagne!

Il est temps de choisir car Pierrette nous attend… La carte des vins… Je ne peux plus attendre, j’ai besoin de ma lecture quotidienne!

Difficile de faire son choix… Tous les plats nous tentent…

Petite lecture en diagonale dans le pavé qu’on vient de me remettre. Il va me falloir tout un repas pour avaler autant de références…

D’Yves Leccia au Château d’Yquiem il n’y a qu’un saut de page. En passant par Montpeyroux chez l’ami Chabanon, et on pousse la porte de la Loire avec Richard Leroy…

Quelques 300 surprises n’attendent qu’à être sorties de leur orphelinat.

Lors de notre première venue à La Lozerette, j’avais laissé les rennes à Pierrette. Et côté vin, elle s’y connaît! Membre de l’U.D.S.F. (Union Des Sommeliers Français), celle qui a collaboré avec Éric Beaumard (Vice-Sommelier du monde 1998) a de la bouteille!

Il suffit de regarder la carte des vins pour comprendre qu’il n’y a aucune fausse note! Cette fois-ci, c’est le petit Binbin qui a choisi…

Terrine de tomates à la brousse, l’agneau rôti et sa purée de pommes de terre aux olives…

Brousse de chèvre et confit de tomates… Choisissez pour cela un vin rouge frais avec toutefois de la matière. Trop d’acidité pourrait exacerber celle déjà présente dans la tomate… XB de Xavier Bénier (Beaujolais) par exemple serait un parfait allié. Si vous préférez le vin blanc, choisissez le plutôt ample et un peu plus sudiste. Les cépage Rolle, Roussanne et Marsanne feront des merveilles sur la tomate…

Pour cette deuxième manche, l’accord entre le Bandol Château Pradeaux 2005 (35€) et l’agneau me semblait inévitable!

Superbe accord entre l’agneau et ce Bandol Château Pradeaux 2005. Les notes subtilement iodées du vin vont s’accorder parfaitement avec la puissance gustative de l’agneau.

Le dessert, un chouette classique qui séduit à tous les coups (même deux jours plus tard lorsqu’on y retourna), le chocolat-feuilletine-praliné…

Pour le dessert, le choix de Pierrette s’est porté sur le Banyuls. Simple mais très efficace!

Petit retour sur la terrasse afin de profiter des derniers instants à La Lozerette. Un lieu magique, un service vraiment soigné et attentionné. Et mention ++ pour la patronne!

Dernier moment en compagnie d’un Grand-Marnier « centenaire » et de quelques mignardises. La tête dans les étoiles…

LA SUITE DANS LES AVENTURES DE BINBIN FOUDEVIN…

Lire la suite de "CHEZ PIERRETTE A LA LOZERETTE…"