QUAND CERTAINS S’AFFAIRENT AUX VENDANGES, D’AUTRES METTENT EN BOUTEILLES!!!

Changeons un peu de sujet!!!

Quand certains s’affairent déjà aux vendanges, d’autres vignerons, installés sur des terroirs rendant un peu moins précoce la maturité du raisin, s’activent de leur côté, afin de libérer les fûts et les cuves, en vue du stockage de leur prochaine récolte.

Ici on ne chôme pas, c’est une journée marathon!!!

Ils n'ont pas chômé aujourd'hui!!!

Stéphane Montez est de la partie !!! Installé sur les hauteurs du Monteillet, à Chavanay  « 42 », il démarre son marathon de 13 heures, dès 5 heures du matin !!! Le vin a été assemblé, au préalable, par le vigneron, dans des cuves, puis filtré de manière tangentielle. http://fr.wikipedia.org/wiki/Filtration

Le programme du jour:

-Désinfection de la machine permettant

Stockage des bouteilles

l’embouteillage du vin (Aujourd’hui, c’est l’AOC Condrieu « Grandes Chaillées » 2010 qui s’y colle !),

– Préparation des palettes de bouteilles prêtes à être remplies (bouteilles 75cl et magnums 150cl),

-Mise en place des bouchons dans l’entonnoir de la machine,

-Installation de la pompe permettant de diffuser de l’oxygène négatif,

-Réglage des doses de vin qui seront versées dans chaque bouteille,

-Préparation de la zone de réception des bouteilles et de la zone de stockage,

-Et c’est parti pour l’embouteillage et l’embouchonnage!!!

Comment vérifie t-on le remplissage???

nous vérifions ainsi le niveau de vin dans les bouteilles

Le suivi du bon remplissage des bouteilles se fait avec un petit outil (une petite réglette en somme), que l’on place à hauteur du goulot (au dessus du bouchon).

On mesure alors, le nombre de centimètres qui séparent le haut du goulot et le début du liquide dans la bouteille. Le chiffre, permettant de connaître exactement le nombre de centimètres, se trouve au cul de la bouteille (regardez bien une bouteille de vin, au niveau du fond de la bouteille, vous trouverez le chiffre relatif à  la contenance en cl et le chiffre en cm que  le vigneron doit obtenir lors du remplissage de son flacon).

Ce chiffre dépend bien sur, de la forme des bouteilles.

Un vrai marathon!!!

En effet, une bouteille en forme de flûte et une bouteille de format bourguignon, ne sont pas marquées du même  chiffre (63cm pour une bouteille de  format bourguignon représente 75cl de liquide et 79cm représente dans le même format, un magnum). Pour être encore plus précis, le chiffre indiqué sur le cul des bouteilles est fixé pour une température d’embouteillage de 20°C, n’hésitez pas à demander à un vigneron, soyez curieux !!!

Une sacrée course contre la montre!!!

Dur dur le marathon!!!

Une  équipe de 3 ou 4 personnes est mise en place, car aujourd’hui, ce sont 20 000 bouteilles qu’on remplit au domaine! Stéphane Montez, jongle entre la réception de ses clients au caveau et le suivi de la mise.

Quelques photos de cette journée sympathique !!!

Transport des palettes de bouteilles vides
On place les bouteilles prêtes à être remplies
Avant le remplissage
Mise en bouteilles
L'esprit d'équipe
Les bouchons sont stockés dans un entonnoir
On pousse le bouchon
Et voilà le travail!!!
y'a plus qu'à stocker!!!

La suite dans les Folles aventures de Binbin Foudevin !!!

Lire la suite de "QUAND CERTAINS S’AFFAIRENT AUX VENDANGES, D’AUTRES METTENT EN BOUTEILLES!!!"

MAIS OU EST PASSEE LA PETITE SERINE PARTIE II

Petite Serine, reine de Syrah!!!

              Dans l’article précédent, nous abordions les origines de la « Serine » dans l’article : MAIS OU EST DONC PASSEE LA PETITE SERINE??? PARTIE 1

                Vous en vouliez plus ? Y’avait qu’à  demander !!!

                 Alors pour ceux qui n’ont pas suivi, la Serine, c’est en réalité, une variété de raisin, un cépage en somme! Et c’est donc… L’ancêtre de la « Syrah », cépage phare de la Vallée Du Rhône Septentrionale (De Vienne 38 jusqu’à Valence 26).

Nous parlons du vin, restez sereins!!!

           Cette fois, nous rentrons un peu plus dans le vif du sujet !!!

Il sera tout à fait concevable, que certains préféreront la partie 1 pour des thèmes évoqués comme l’histoire et la géographie (Certains ne pensaient et ne savaient peut-être pas que le vin, avait une histoire… Je rentrerai un peu plus dans le détail des origines du vin  très prochainement malgré que ce chapitre soit un vaste chantier…).

            Je ne pouvais pas omettre de donner des informations plus précises sur la « Syrah »… Autrement dit, j’assume!!!

              Le vin, c’est un sujet passionnant ! On peut ne pas aimer ou ne pas s’intéresser au vin. Cependant,je ne pense pas qu’on puisse fermer totalement les yeux sur ce qui gravite autour !!! On y est confronté dans notre quotidien, même de manière indirecte (lors d’un repas de famille ou d’affaire, par exemple, en passant devant un bar…).

             Le vin peut, à lui seul, mener à bien d’autres sujets de conversations; En effet, nombre d’entre vous se suffisent au seul plaisir d’en boire… J’entends souvent « Moi le vin, je le bois, c’est déjà pas mal !!! ».

             Il est certain que le sujet est souvent abordé de manière compliquée, lourde, voire impersonnelle. Beaucoup d’entre vous pensent vraisemblablement que s’intéresser et comprendre le vin n’est destiné qu’à une élite… Faux, Archi-Faux !!!

              En somme, c’est un très bon alibi, pour s’enrichir culturellement, et c’est un sujet intéressant car il peut vous donner des clefs dans bien d’autres domaines !

              Ceux qui ont franchi le pas peuvent en témoigner !!!  « Et oui, le vin ce n’est pas qu’une boisson… On peut aussi s’intéresser à l’histoire, à la religion, à la géographie, à la géologie, aux voyages, à l’agronomie, à la peinture, à la musique, à la gastronomie ! »

              Il faut simplement ouvrir un peu plus sa curiosité et franchir le pas. Si vous lisez ce passage, vous avez déjà franchit une étape!!! Sachez que ce domaine est quasiment aussi vaste que l’univers, n’ayez pas peur d’en parler, personne n’a la science infuse!!!

Serine, la capricieuse!!!

                 La « Serine », du moins la « Syrah » comme on la nomme aujourd’hui, est un cépage au débourrement tardif (c’est quand le bourgeon apparaît).

                  Elle se plaît définitivement sur les sols de granite et d’argile. La « Syrah » apparaît comme un cépage de moyenne vigueur (résistance à la maladie et au climat), produisant des rameaux (branches) longs à très longs, fragiles, se cassant   parfois sous l’action de vents trop violents.

                   Lors de grande sécheresse, ses petits grains ne donnent pas de jus.

                     La « Syrah » est également sensible aux maladies et aux insectes tels que : La pourriture grise, les acariens, le ver de la grappe ou même la chlorose.

                      Les grappes de raisins qu’elle produit sont de taille moyenne ou sur moyenne, parfois ailées, plutôt étirées, de formes ovales, voir elliptiques.

                 Les grains de « Syrah » possèdent une peau fine, plutôt résistante qui se fragilise sous l’action de la pluie. De couleur noire bleutée avec une pruine conséquente (c’est la matière un peu cireuse qui se trouve sur la pellicule du grain), ce cépage donne un grain à la  chair ferme mais juteuse, dotée d’une belle sucrosité, d’un naturel poivré et d’un équilibre agréable en bouche.

                  Les pédicelles (c’est la tige qui tient le grain) sont longs et résistants.

              Lorsqu’elles sont adultes, les feuilles de la « Syrah » possèdent cinq lobes (partie arrondie des feuilles) avec un limbe gaufré (c’est la partie élargie de la feuille).

               La maturité de ce cépage est rapide, il est nécessaire pour le vigneron de surveiller les grappes afin de déterminer le moment optimal pour la vendange, qui a lieu, en général, entre la fin août et le début du mois d’octobre.

La Serine, quel caractère!!!

                 La « Syrah » donne généralement naissance à des vins dotés d’une forte intensité aromatique aux jus très colorés, riches en alcool, complexes, puissants, tanniques, peu acides.

                  Cette remarque est toutefois nuancée par certains éléments importants, permettant à la « Syrah » de révéler le maximum de son potentiel, et ceci varie en fonction de la nature des sols, du climat, de la patte du vigneron (C’EST LA DEFINITION TRES SIMPLIFIEE D’UN TERROIR !!!).

                     Quand tous ces éléments sont réunis, le vigneron a toutes les chances de son côté pour produire et vous faire vous régaler d’un vin de grande garde. La syrah est de plus en plus utilisée dans la zone méridionale pour tous ces atouts !!!

Alors, comment apprécier ses arômes??

                La « Syrah » est élégante, c’est une séductrice qui libère des arômes de fruits, de végétaux, d’épices, et même de fleurs… Notez bien que l’odorat a une mémoire… Qui nécessite un peu d’entraînement, une petite gymnastique quotidienne… Pour le travailler, vous n’avez pas besoin de déguster du vin tous les jours!!! Commencez par exemple à prêter attention aux odeurs lorsque vous êtes en ville, en forêt, à table… Il existe même des coffrets pour apprendre le « Nez Du Vin ». http://www.lenezduvin.fr/aromes.html

Voici la liste des arômes de la syrah :

-Cassis, cerise, framboise, framboise sauvage, mûre, myrtille, groseille, pruneau…

-Poivron, olive, sous-bois, réséda, menthol, violette…

-Musk, cuir, cigare, moka, cacao, chocolat amer, tabac blond…

-Cannelle, clou de girofle, poivre, noix de muscade, réglisse ou zan…

               Avec une aussi vaste palette aromatique, elle ne peut que conquérir les territoires. La « Syrah » est de plus en plus considérée, et de ce fait, s’expatrie dans les quatre coins du monde !!!

La Syrah et la Vallée du Rhône, c’est tout une histoire!!!

             Dans la Vallée Du Rhône septentrionale, c’est le seul cépage rouge autorisé pour produire les vins.

–En Côte-Rôtie, les vignerons ont le droit de mettre au minimum, 80% de « Syrah », c’est le cépage blanc « Viognier » qui est le seul autorisé en complément.

-Pour les vins AOC de « St Joseph », on requiert 90% minimum de « Syrah » qui peut être complété par 10% des cépages blancs « Marsanne et Roussanne ».

-Pour les appellations Hermitage et Crozes-Hermitage, 85% de « Syrah » minimum, pouvant être complétés par 15% de « Marsanne » ou/et de « Roussanne ».

-Seules les AOC Cornas  et Côtes-Du-Rhône-Brézême  doivent être obligatoirement produites en 100% « Syrah » !!! Cependant, très peu de vignerons travaillent les assemblages de cépages.

           La « Côte-Rôtie » est l’appellation la plus travaillée en assemblage des cépages « Syrah-Viognier », ce dernier donnant au vin un caractère floral   encore plus prononcé et de ce fait, une plus grande féminité .

Comment se fait-il, que la syrah soit assemblée avec des cépages blancs???

           Autrefois, les cépages étaient complantés (plantés ensemble), on vendangeait et on vinifiait tout ensemble.

 

           Aussi, les Cahiers Des Charges des AOC (on y retrouve toutes les obligations que sont tenus de respecter les vignerons pour prétendre à l’appellation d’origine, et oui ce n’est pas aussi simple qu’on pourrait le penser. Pour exemples, sont réglementés, les zones de plantation, la densité de pieds à l’hectare, le rendement des vignes, les cépages autorisés…),  autorise encore aujourd’hui ces assemblages grâce à la demande des vignerons s’étant basés sur des faits historiques !

Bientôt la partie III, dans les folles aventures de Binbin Foudevin!!!

Lire la suite de "MAIS OU EST PASSEE LA PETITE SERINE PARTIE II"

DU NOUVEAU EN ARDECHE!!!

Le départ d’un vigneron!!!

            Olivier Leriche, vinificateur pour le célèbre Domaine De l’Arlot (domaine appartenant au groupe AXA),  situé à  Premaux-Prissey depuis 1998, à décidé de s’installer dans le sud de la France, pour relever un nouveau défi!

            Il a donc quitté le 12 août 2011, le domaine bourguignon produisant des cuvées monopoles en AOC Nuits-Saint-Georges(Clos De l’Arlot, Clos Des Forêts, Les Petits Plets) et en AOC Vosne-Romanée(Romanée-Saint-Vivant et Vosne-Suchots).

Qui, pour le remplacer???

    C’est Jacques Devauges qui succédera à Oliver Leriche au Domaine De l’Arlot. Nommé nouveau directeur technique, Jacques a officié auparavant au Domaine De La Vougeraie et plus récemment au Domaine Michel Magnien à Morey-Saint-Denis.

Olivier s’en va t’en guerre…

               Olivier Leriche, part donc s’installer en Ardèche(07). Sa femme l’accompagne dans cette aventure bachique. Tous deux ont donc choisi de poser bagages dans le Domaine Des Accoles, vignoble situé au sud-ouest de Valence, à quelques kilomètres seulement de Privas . C’est ainsi un nouveau challenge qui leur faudra relever dans le sud d’une région encore trop méconnue pour ses vins, malgré la présence de talentueux vignerons (Domaine Saladin et Mas De Libian situés tous deux à Saint Marcel d’Ardèche, Jérôme Mazel à Pradon, Domaine Alain Gallety à St Montan…). Olivier Leriche   a en effet pu  racheter ce domaine, dont le trésor se trouve dans l’âge des vignes (plus de 50 ans).

Alors, même cheval de bataille???

              La volonté d’Olivier, est de développer la même rigueur qui lui avait permis de conduire le domaine bourguignon parmi les « grands ».

             Faire souffrir la vigne et apporter son sens de la culture biodynamique, c’est là que réside, selon lui, le secret pour obtenir le meilleur fruit possible. Il a déjà commencé la conversion du Domaine Des Accoles en culture biodynamique, et ajoutera les premières préparations(qui sont en cours  d’élaboration),dès le mois d’octobre 2011!!!

voir petit écrit sur la lutte biodynamique…

  Nous attendrons avec impatience les prochaines cuvées!!!

La suite, dans les folles aventures de Binbin Foudevin!!!

Lire la suite de "DU NOUVEAU EN ARDECHE!!!"

VINCENT MIT L’ÂNE DANS UN PRE ET 120 DANS L’AUTRE!!!

Si vous croisez un jour Vincent Legrand, demandez lui combien d’ânes a t-il mis en tout dans le pré, ou plutôt dans la vigne… Il vous répondra certainement : « beaucoup, beauuucoup »!!! Enfin, c’est de mulets, dont il s’agit plus exactement!

Vincent, il a tout d’un « Legrand »!!!

            Vincent Legrand, c’est le fils d’Yves Legrand… Et Yves Legrand, c’est un célèbre caviste parisien installé depuis de nombreuses années. Si Vincent est aujourd’hui cité, c’est évidemment qu’il a l’amour du vin et tout mon respect! Je me demande encore, si la passion qu’il voue au vin n’est pas issue d’un héritage familial… Pas vous???

               Aujourd’hui marié à une des filles Parcé (Domaine De La Rectorie et de La Préceptorie De Centernach à Banyuls-Sur-Mer et St Arnac dans les Pyrénées-Orientales 66), Vincent est père de huit enfants! Et Vincent, c’est plutôt le mec du genre, « quand j’entreprends quoi que ce soit, je le fait à fond!!! »

Sa passion, le vin évidemment!!!

                En 2001, Vincent, accompagné des frères Parcé (Domaine de la Rectorie 66) et de trois autres associés, ont racheté la cave de St Arnac (66), pour en faire le Domaine De La Préceptorie de Centernach!!! Une lourde tâche!

               Dans ce nouveau domaine, les règles et les moeurs ont considérablement changé… Aujourd’hui, on ne produit pas que du Maury comme c’était le cas auparavant… La Préceptorie propose désormais, des vins plus secs! Les blancs comme les rosés sont vinifiés et élevés en barriques. Les rouges quant à eux, sont vinifiés en cuves, puis élevés en barriques ou en foudres. Les vins sont remarquables de fraîcheur et de tension!!!

           Après avoir travaillé quelques temps avec son père sur Paris, à la Cave Legrand, il est ensuite parti pour la « Cave Marcon » à St Bonnet Le Froid (43), afin de compléter l’équipe dirigée par la famille Marcon. Un changement radical, « la campagne, ça vous gagne!! »

Un agent pas comme les autres!!!

Je vais vous raconter ma rencontre avec Vincent :

              Quand j’étais encore au Restaurant Thomas, à Lyon (69), je m’occupais de l’achat des vins, ainsi que du Comptoir Thomas « Restaurant-Bar à vins ». La difficulté dans ce travail, ne résidait pas forcément dans la dégustation ou la sélection des vins, ça, c’était plutôt passionnant! Ce qui était en réalité difficile, c’était plutôt de décider avec quels agents j’allais travailler!!! Et pour ça, à Lyon, on a l’embarras du choix! Bien qu’on ne s’en plaigne pas, les agents se bousculent. Une vraie colonie de fourmis!!! Le téléphone sonne tous les jours, on ne s’en plaint pas, mais si nous nous écoutions à l’époque, nous serions passés de 400 à 2500 références!!!

               L’agent commercial, qui connait et maîtrise son sujet parfaitement (j’entends par là, connaissance des domaines et des vins présentés), c’est plutôt rare! Grâce à Dieu, il existe!

(Dans les agents talentueux de la région, je tiens tout de même à remercier, pour leur professionnalisme et leur transmission de l’amour du vin : Damien Gateau « DGVS », Marie Siranossian « Rapsody Wine », Luc Laurens « Agence Fou de vin », Thomas Reynaud « Agence Valcauda-Reynaud », Pauline Lafarge, Nicolas Epaulard « Vinister », Fabien Labrosse et Bernad Poisat « PPMB », Rémy « Dionis », et enfin Pascal Jelin « Agence Thierry Billard ». Une dizaine sur environ 30 recensés…)

              Quant à l’agent médiocre, c’est légèrement différent…

Si vous avez le malheur de ne pas vérifier les infos qu’il vous fournit, ou que vous manquez de quelques bases sur le vin, vous vous retrouvez « grosso merdo », à vendre du Champagne provenant du Tarn, élaboré en 100%, viognier avec 275g de sucres résiduels. Le tout, produit en cosmoculture!!! « Si vous passez une commande immédiatement, on vous offre, 6 bouteilles pour 60 achetées!!! » Tu m’étonnes… « Alors les 6, tu les bois devant moi, et si tu en finis ne serait ce qu’une, c’est moi qui t’offre les 60 autres, frais de port inclus!!! »

Et Vincent, comment procède t-il, lui???

Le téléphone sonne :

– « Comptoir Thomas Bonjour »

« Bonjour, Vincent Legrand, agent commercial de vignerons pour la « Cave Marcon » à St Bonnet Le Froid. Je souhaiterais réserver une table pour 2 demain midi, je serai avec un ami trufficulteur. » (C’est tout?!! On verra demain!)

 Vincent, c’est l’homme au béret, sympathique et rassurant. Un mec simple et avenant, pas prétentieux pour un sou.

 Il s’installe et te laisse faire :  

– « Le choix du produit, c’est toi, le choix du vin, c’est toi! J’aime bien m’amuser à essayer de débusquer les vins à l’aveugle », me glisse t-il discrètement.

Entrée, plat et enfin, je lui sers le célèbre « pain perdu »… « Là je t’ai bien eu Père Legrand!!! » Et bien, à ce jeu, Vincent, il ne perd pas!

Il remet son béret, me confie avec diplomatie, et surtout avec une chouette forme de chauvinisme:

– « Le Tokay de Hongrie que tu viens de me servir, il n’est pas mal du tout. Aurais-tu toutefois la gentillesse de nous ramener trois verres pour tester un autre vin? »

Il sort la glacière qu’il avait soigneusement cachée, et me sert un  verre de « Maury » blanc de la Préceptorie! Belle surprise!!! Touché-Coulé!

Monsieur Legrand a encore marqué!!!

 Il paye et me demande :  

– « Moins sur la défensive jeune homme? Trois autres verres vides s’il te plaît! » Cette fois, il a sorti un Armagnac de chez Darroze 1987!!! (On ne me l’avait pas encore faite celle-là!) Re-Touché Re-Coulé!

 Ses dernières paroles :

– « Pourrions-nous prendre un « Premier » rendez-vous la semaine prochaine? J’ai étudié votre carte, certaines régions mériteraient d’être étoffées! J’aimerais revenir, mais cette fois, accompagné d’un vigneron… »

Un premier rendez-vous??? Quel culot!!! Il a tout bon ce garçon!!!

Vincent le généreux!!!

« Vincent est un des rares acteurs du vin que je connaisse, capable de vous emmener en dehors de votre restaurant afin de vous permettre de mieux connaître votre sujet!!! De plus, de part son expérience dans de nombreux secteurs liés au vin, il a une connaissance impressionnante du sujet!!! « 

-Par la suite, Vincent m’a convié à sortir du cadre professionnel « agent-restaurant », afin de m’emmener dans les vignes du Domaine Du Vieux Télégraphe à Châteauneuf, ainsi que chez Dauvergne et Ranvier en Ardèche(je reviendrai sur ce sujet une autre fois!).

-Une petite excursion au restaurant « L’Auberge Du Château » à Bully (01), où son intervention fut une nouvelle fois différente (le chef nous fit des accords mets-vins autour des vins qu’avait amené Vincent). Une expérience fantastique, des sujets passionnants ont été abordés avec beaucoup de pédagogie, d’expérience et de savoir-faire du vigneron qu’il a été!

-Notre dernière rencontre, c’était à St Bonnet, où la « Cave Marcon » avait organisé une rencontre entre les vignerons et des restaurateurs, cavistes… Une journée marquée par l’accueil, la gentillesse, la générosité et la bonne humeur de toute l’équipe de la « Cave Marcon » où Christine, Jean Régis, Maguy, Johannes, Thierry, Aurélien, Vincent, Bruno et Guy oeuvrent dans un même but. La bonne transmission des valeurs de notre patrimoine gastronomique!!!

A cette occasion, ils nous ont permis de rencontrer les membres de « Java Sud Ouest »… Une association de vignerons composée de : Château Aydie, Domaine Ducros, Domaine Le Roc, Uroulat, Château Du Cèdre, Château Tour Des Cendres. Bien d’autres acteurs de la vigne étaient présents : Domaine Guardiès, Terra Remota, Julien Pilon, Château Du Cidre, Vignoble Laplace, etc.

Mais l’âne, ou plutôt le mulet, que vient-il faire là-dedans???

            Vincent Legrand, pendant que certains labouraient leurs parcelles avec un tracteur ou un cheval, lui, le faisait au mulet!!! Et ça s’appelle, la mulothérapie! Oui, vraiment!!!

Alors j’ai souri, et il m’a dit :

– « Tu souris? »

Je lui ait donc répondu :

– « Oui, la traction animale pour le bien être du sol, je la préfère aux machines qui les tassent tous les jours, un peu plus! Je souris, parce que je me sens totalement concerné en tant que passionné-engagé dans le vin, et ce que tu me racontes m’intéresse! »  

Il m’a répondu :  

– « A Paris, les gars de la « Chambre de l’Agriculture », ils ont bien ri…Et aussi fou que cela puisse paraître, ça à l’air de pas mal les embêter, ce genre de défi à la mondialisation!  A la Rectorie, nous travaillions 1/3 des sols au mulet, 10 hectares environ, un travail de titan! On a choisi de le faire pour rester en phase avec nos convictions! »  

Abandonné dans les années 80, le travail au mulet a repris en 1998 à la Rectorie pour labourer les sols.

VINCENT LEGRAND, IL EST VRAIMENT PAS COMME LES AUTRES

           Vincent Legrand, c’est un agent pas comme les autres, unique en son genre… Il tisse des liens humains et travaille sur la longueur… Il travaille et garde son naturel en toute circonstance.

         Je l’ai retrouvé chez des amis propriétaires d’une ferme-auberge « Le Mouton Noir », dans le Gard (chez mes amis Mauroux d’Issirac 30) où il était passé amener du vin…Ce soir là, nous avons fini très tard. Benoît et Cécile, les  propriétaires de l’auberge, lui ont proposé une  chambre pour se loger. Vincent, il était accompagné de son beau-frère, Vincent Parcé… Tous les deux se sont regardés d’un air  complice, et ont rétorqué spontanément : « Ici, on est à la ferme, et quand on est à la ferme, on dort dans la paille!!! » Et bien ils l’ont fait!!! Il faisait 12°C, ce soir là!

La suite dans les folles aventures de Binbin Foudevin!!!

DOMAINE DE LA RECTORIE
04 68 88 13 45 ou 06 82 67 04 10
vignesorientales@orange.fr
Pour un renseignement sur la vente aux professionnels, appelez le 04 68 81 02 94
 
CAVE MARCON
Saint Bonnet le Froid
43290 Saint Bonnet le Froid
Tél : 04.71.59.90.64
maguy@cavemarcon.com
 
Le Puy-en-Velay
Pl. du marché couvert – 43000 Le Puy
Tél : 04.71.59.90.64
 
Saint-Genest Malifaux
Tél : 04.71.59.90.64
bruno@cavemarcon.com    
                                                                                  
Clermont-Ferrand
7, rue Ramond                                                                                               
63000Clermont-Ferrand
Tél : 04.71.59.90.64
aurelien@cavemarcon.com                                                                                  
                                                         
                                                                                            
contact@cavemarcon.com
Tel: 04.71.59.90.64
Fax: 04.71.65.61.37
www.cavemarcon.com
 
Cave Legrand
LEGRAND Filles et Fils
1, rue de la Banque
75002 Paris
01-42-60-07-12
 
LEGRAND-Filles-et-Fils                                                                                        
119 Rue Dessous des Berges
Paris –
01-45-83-58-88                                                                                         
www.caves-legrand.com
LE-MOUTON-NOIR(Benoit-Cécile)                                                                                      
Camp Grand
30760 Issirac                                                                                          
07-61-43-98-14               
                                                                                                                                                               
VINS DE NOS PERES  
Vincent Parcé                                                                                           
797,rue-Tour-de-L’Evêque                                                                                             
30000 Nîmes
vdnp.nimes@gmail.com
Lire la suite de "VINCENT MIT L’ÂNE DANS UN PRE ET 120 DANS L’AUTRE!!!"

MAIS OU EST DONC PASSEE LA PETITE SERINE??? PARTIE 1

Douce Serine, Tendre Sirène, où te caches-tu?

A Syracuse, à Shiraz, en Syrie?

MAIS QUELLE EST DONC CETTE SERINE, QUI A L’AIR SI SEREINE


La « Serine », tout le monde veut l’adopter!!!

            La Serine ou Syrah, fut longtemps malmenée sur ses origines! En effet, les historiographes, ont donné au cépage, des provenances aussi loufoques que diverses, basées sur l’homonymie!!!

-Pline « L’Ancien », cite une vitis vinifera (espèce de vignes), en provenance de Syrie (1er siècle après J-C).

-Les Romains, auraient rapporté ce cépage, de Syracuse (Sicile).

-Les Croisés, auraient rapporté ce cépage,vers la fin du XI ème siècle, en revenant de la ville de Chiraz en Iran.

           Mais les grands perdants de cette copie atypique, furent les habitants de Syros, une île Grecque des Cyclades, productrice de vins, issus de raisins séchés au soleil, et dont le port Hermopolys, est aussi appelé « Syra ».

           Aussi fou que cela puisse paraître, il n’y a pas de trace de culture de ce cépage, dans ces contrées!!!

 

La vérité est ailleurs!!!

           En réalité, La « serine », c’est le nom originel de la « Syrah », cultivée notamment en Vallée Du Rhône!!!

           Pour le coup, c’est le seul cépage rouge autorisé, dans ce qu’on appelle, la « Vallée Du Rhône Septentrionale » (Côte-Rôtie, Seyssuel, St Joseph, Hermitage, Cornas…). Celle-ci s’étend de Vienne « 38 » (plus récemment Seyssuel), jusqu’à Valence « 26 ».

          Le nom « Serines », ou « Vieilles Serines », est de nos jours, utilisé, pour désigner de vieilles variétés de syrah, issues d’une sélection massale ancestrale (on choisit les ceps ou pieds de vignes les plus qualitatifs et quantitatifs) .

           Il s’agit donc bien du même cépage, mais d’individus différents, au sein de la même famille.

Mais d’où vient-elle réellement???

        Cette variété de raisin, est issue de la famille, des Vitis Vinifera…

        Peu productive (faibles rendements de 5 à 15hl/ha), elle a été récemment clonée, et multipliée à l’identique, afin d’obtenir une production plus régulière, qualitativement et quantitativement! Pour devenir, un peu plus tard, la « SYRAH »!

         Le terme « Serine »,  est en réalité issu du celto-ligure « ser ». Ce terme, représente, dans le midi de la France,une montagne, dont la forme est allongée ou arrondie(comme les baies de serine). Dans la péninsule ibérique, cela a donné naissance, au mot « Sierra ». Ces monts présentants la forme d’une serre, ont également permis de nommer, le long de la Vallée Du Rhône, les villages de Serrières, et la Vallée De Serran, où coule, l’un des affluents du Rhône.

         Des tests ADN,  récemment entrepris par l’université de Davis en Californie, ont permis de déterminer les parents de la « Syrah »…

          Celle-ci, est en réalité issue du croisement (pollinisation), entre la « Dureza » (un cépage teinturier Ardéchois 07) et de la « Mondeuse Blanche » Savoyarde…

          Ces croisements (naturels) auraient très certainement eu lieu, en Isère « 38 », département où les deux cépages étaient présents, il y a fort longtemps!


La « Serine » à la conquête du monde!!!  

    En 1831, James Busby, d’origine écossaise, également nommé « Le père de la viticulture Australienne », repart pour l’Europe, dans le but de recueillir des boutures de vignes, et ce, notamment en France et en Espagne, dans l’espoir d’enrichir le vignoble Australien (Nous aborderons l’histoire du vignoble Australien dans quelques temps…)!

 

         En 1831, James Busby, d’origine écossaise, également nommé « Le père de la viticulture Australienne », repart pour l’Europe, dans le but de recueillir des boutures de vignes, et ce, notamment en France et en Espagne, dans l’espoir d’enrichir le vignoble Australien (Nous aborderons l’histoire du vignoble Australien dans quelques temps…)!

           Busby collecte de la « Syrah », celle-ci possède une double orthographe « Scyras » et « Cyras », la difficulté pour se fournir le bon cépage est conséquente.Il a introduit par la suite ce cépage, dans les jardins botaniques de Sydney, et dans la Vallée De l’Hunter. L’Australie méridionale, est elle aussi, envahie par la « Syrah, qui devient de ce fait, le cépage le plus travaillé dans ce pays.

            En 1964, c’est André Levadoux, qui classe la « Syrah » dans la famille des « Serines ». Dans ce classement, la « Syrah », est accompagnée de la « Mondeuse Noire » pour les cépages rouges, et de la « Marsanne », « Roussane » et « viognier », pour les cépages blancs.

Comment s’y retrouver???

De nombreux synonymes sont associés à la « Serine »…

            Attention!!! Dans les pays Anglo-Saxons, le terme « Petite Syrah »  aussi connu sous le nom de « Durif », n’est

pas un synonyme de la « Syrah »!!! Cette baie, est en réalité issue, d’un croisement entre le « Péloursin » et la « Syrah ». Ces deux cépages rouges ont été croisés par Mr Durif, qui l’a ensuite introduit dans le vignoble français au XIXème siècle. Le « Durif », à aujourd’hui quasiment disparu de nos terres, notamment, à cause du phyloxerra (insecte qui a dévasté les vignobles en France, et de partout dans le monde de 1863 à nos jours).

 

           Pour les synonymies francophones, vous trouverez les termes : Hermitage, Sérine pour la Côte-Rôtie, Sirane, Biaune, Candive, Sérène, Shiraz, Damas Noir, Syrac de l’Hermitage, Plan de Biaune, Marsanne Noire, Serrine, Shyrac, Syra…

          Pour le synonymies étrangères : Antournerein, Antournerein noir, Anzher, Muskatnyi, Neiretto di Costigliole, Neiretto di Fagliano, Neretta di Saluzzo…

Et finalement, « la Serine » et « la Syrah »?!!!

         Il s’agit donc bien du même cépage, mais d’individus différents, au sein de la même famille.

         Aujourd’hui, on recense plus de 600 clones de syrah plantés dans la Drôme. Une sélection récente dans les vieilles vignes d’Hermitage, à permis d’agréer seize clones à la Syrah.
         Les vignerons de Côte -Rôtie ont d’ailleurs crée, un conservatoire de vieilles serines, et s’attachent aujourd’hui, à remultiplier ces vieilles varietés!!!

        Beaucoup de vignerons ont oeuvré pour faire renaître la Serine : Robert Michel à Cornas, Yves Cuilleron à Chavannay, Bernard Levet à Ampuis…

         De plus en plus de jeunes vignerons y retournent également!!!

La suite dans les folles aventures de Binbin Foudevin!!!

Lire la suite de "MAIS OU EST DONC PASSEE LA PETITE SERINE??? PARTIE 1"

BLANC CONTRE ROUGE AVEC LONCLE #1

BLANC CONTRE ROUGE !!!

                  Quand le téléphone sonne, qu’il affiche le message, « Blanc contre Rouge », inutile de regarder qui est à la tête de ce message subitement reçu! Cela signifie surtout, que ce soir, c’est festival!!!

                  François « dit Loncle » (et oui, c’est son pseudo), est en grande forme! C’est une sacrée tronche en matière de vin. Il ne l’avouera jamais, mais il est incollable!!! Un homme humble et généreux!

                  En fin épicurien, il aime partager sa cuisine goûteuse et généreuse, au grand bonheur de ses amis.

Une invit’ comme celle là, ne la refusez jamais!

                 Avec Loncle, c’est une dégustation à l’aveugle qui s’impose à chacune de nos rencontres!!!

                 Chacun amène ses bouteilles. Pour trouver le vin, nous avons le droit à trois questions, les réponses sont soit « oui, soit « non ». Ex : Est-ce-que ce vin est produit au nord de Lyon? (Toutefois, nous donnons un premier avis sans question, sinon, ce serait trop facile!!!)

 

 

                  Hier, François avait tranché pour l’apéritif quelques lames de saucisse de Morteau. De mon côté, j’avais emmené une part de brebis cendré affiné, produit chez mes amis Mauroux à Issirac dans le Gard.

Le dîner de ce jour :

                 Au menu, Pieds Paquets d’agneau, spécialité historique de Sisteron et de Marseille, et Riz Créole. Pour suivre, une tomme de chèvre de Megève. Ici, il n’y a que du salé, le sucre, il est dans le Vin!!!

Au menu bachique                 

Quelques quilles ouvertes, et « Pan sur goulot »…

MÂCON-SOLUTRE « Clos Des Bertillones » Domaine Denogent 2007 : 

                  François est tombé dans le panneau. Il est vrai que ce vin dénotait sur la rhubarbe et la typicité du chenin! Le chenin, c’est le cépage qui sert à produire les grands vins de Vouvray, Montlouis/Loire, Savennières, Anjou… Bref le cépage majestueux et classieux du Val De Loire!

-ARBOIS-PUPILLIN « Chardonnay » Domaine de la Pinte 2008 :

                 Les vins du Jura, on ne me la pas…ou presque plus(c’est Loncle qui m’a entraîné dans cette région pour la première fois). Sauf quant il s’agit de donner les proportions du cépage. Et là, le 100% chardonnay, je ne l’ai pas sorti!!! L’AOC c’est bon, le millésime (quelle fraîcheur!) c’est bon, le domaine c’est bon, mais pas le cépage, une prochaine fois…N’hésitez pas à aller dans cette région qui recèle de fabuleux nectars (non,non, il n’y a pas que les vins jaunes…)!!!

 -ARBOIS « Sélection » Domaine Tissot 1996 :

               Grand, très grand!!! Outre l’évolution au nez et au visuel, la bouche est toujours remarquable de tension. J’en garde un peu pour la tomme de chèvre…

 – BANDOL « Cuvée Estagnol » Domaine de la Bastide Blanche 2000 :

             AOC Trouvée par Binbin!!! ( les « Bandol, » je les débusque à l’aveugle grâce à leurs notes iodées, en effet, Bandol est balayé par les courants marins. C’est Loncle qui me l’a appris!) Alors, cette fois, disons franchement, qu’il a mis une sacrée claque aux « Tempier » et autres « Pibarnon » déjà dégustés. Tension, équilibre, structure et persistance, quel vin époustouflant. 95% de mourvèdre! Quelle palette aromatique! Poivron rouge, fruits rouges et noirs écrasés, iode, sous-bois, cuir etc. L’accord sur les pieds paquets d’agneau était simplement « parfait »!!!


-Nous terminons par un SAINT JOSEPH provenant d’un jeune domaine, « Guy Farge »2009: 

              Un poil réduit (légèrement musqué), mais la syrah est un cépage réducteur (réduction =manque d’oxygène). Un petit coup d’aération, et le tour est joué. Légèrement sur boisé à mon sens, ce vin possède tout de même une belle structure de garde. Mûre, cassis, violette appellent à une bonne côte de bœuf, sauce Béarnaise. Seulement là, nous sommes repus!!!

               Ah les belles soirées lyonnaises!!! Ah les amis!!! Ah la vie!!!

Merci Petit Bacchus, merci François Loncle!!!

              Ces soirées sont toujours riches en informations. Nous ne nous contentons bien sur, pas que de déguster. Nous fouinons dans les bouquins, à la recherche d’anecdotes sur les domaines, dont nous avons dézingué quelques lièges.

 

 

La suite de nos aventures  bientôt disponible dans les folles aventures de Binbin Foudevin!!!

Lire la suite de "BLANC CONTRE ROUGE AVEC LONCLE #1"