De la grêle en Beaujolais, puis aussi du bonheur

J’avais rencontré la bête il y a quelques mois par l’intermédiaire de deux restaurateurs suédois, l’un officiant au pays, l’autre à Lyon (Kitchen Café). Une première révélation dès la première gorgée, un feeling naturel, un néo-vigneron sensible, naturellement talentueux. Tous deux, avec Jérôme Balmet, m’avaient ensuite livré le même jour au bar à vins où j’officie ; à la même heure, celle de l’apéro.

Publicités
Lire la suite de "De la grêle en Beaujolais, puis aussi du bonheur"