OPERATION SEDUCTION EN VALLEE DU RHÔNE MERIDIONALE

Jean-Luc Monteillet Domaine Montine AOC Grignan-Les-Adhémar

Tel un petit curieux décidé à connaître les motivations qui ont poussé les vignerons de l’AOC Coteaux-du-Tricastin à changer de nom pour finalement devenir l’AOC Grignan-Les-Adhémar (9 juin 2010), j’ai demandé à échanger avec un vigneron local Jean-Luc Monteillet du Domaine Montine.

C’est au salon Vinisud orchestré à Montpellier que j’ai pu m’entretenir avec Jean-Luc. Un homme simple, vrai, engagé et passionné, qui n’a pas hésité à se mettre à nu et à remettre une nouvelle fois le couvert sur la table pour justifier le changement de nom de cette AOC (remettre le couvert sur la table, j’entends par là que ces vignerons sont interrogés depuis plus d’un an quant au pourquoi du comment relatif à ce changement d’identité. « Il serait donc temps que les gens passent à autre chose et nous questionnent au sujet de nos vins plutôt que de ce choix » Dixit J-L. Promis ce sera une dernière, histoire de clôturer le chapitre et d’informer ceux qui me suivent).

Une opération séduction pour une appellation dont vous n’avez pas fini d’entendre parler… Car elle possède un terroir à fort potentiel, c’est certain.

UN DOSSIER BRÛLANT :

Allons toucher du doigt là ou ça fait mal, au moins ce sera chose faite. L’image associée à la centrale nucléaire du Tricastin pesait dans la tête de tous les vignerons de l’AOC. Une confusion frustrante et handicapante selon l’ensemble des vignerons. Une centrale nucléaire qui se trouve à équidistance de certains villages de l’AOC Châteauneuf-Du-Pape. Pour mémoire, les centrales de Chinon et de Vouvray n’ont pas l’air d’handicaper pour autant les AOC des mêmes villages…

En réalité, c’est suite à des incidents majeurs qui touchèrent la centrale du Tricastin (répétés et médiatisés) que les vignerons prennent cette importante décision (2008),

Ces incidents à répétition ont forcé les membres de l’AOC à réagir. La médiatisation de ces évènements commençait à desservir fortement l’image du vignoble et  indirectement l’image globale de la Vallée du Rhône méridionale. Les membres de l’INAO ont donc reconnu le caractère urgent de cette affaire et seulement 2 ans (c’est peu pour une requête auprès de l’INAO) leur ont suffit pour réagir et accepter cette requête légitime.

UNE COMMUNICATION NOUVELLE :

Une communication nouvelle qui sourit aux vignerons de l'AOC Grignan-Les-Adhémar

Aujourd’hui, la logique est respectée et le blason de l’AOC redoré. Une communication nouvelle avec un nom séducteur. Grignan est situé dans une zone touristique importante, en plein cœur de la Drôme Provençale. Un lieu de villégiature idéal pour des touristes qui ne manquent pas de faire escale dans les caveaux. Grignan est aussi connu pour son patrimoine historique : Le Château de Grignan et la Marquise de Sévigné. Ce village provençal ne manque ni de charme ni d’atouts.

UN NOUVEAU CAHIER DES CHARGES :

Aujourd’hui, près de 350 vignerons œuvrent à faire connaître cette appellation (superficie 1800 hectares) au travers d’une communication nouvelle. Une démarche accompagnée de prises de décisions majeures avec la mise en place d’une nouvelle charte de qualité:

-600 hectares de moins,

-Encépagement : 30% minimum de syrah pour les vins rouges, 30% minimum de viognier pour les vins blancs,

-Les rendements sont passés de 52 hectolitres par hectares à 42 hectolitres,

-Obligation de ne désherber que partiellement les sols,

-Tous les vins produits sont dégustés par des membres de l’ODG (Organisme de Défense et Gestion) qui valident ou non la labellisation des vins en AOC,

Cette nouvelle charte permet de tirer l’appellation vers le haut. Ceci dans le but d’exploiter au mieux les qualités de ce terroir, et rester ainsi concurrentiel dans ce monde de brute.

Selon Jean-Luc Monteillet, la remise en cause fut douloureuse mais vitale. Selon lui aucun préjudice lié au changement de nom ne s’est fait sentir… Ce serait même tout le contraire, c’était le but, non?

IL EST TEMPS DE GOÛTER TES VINS JEAN-LUC :

J’ai eu l’occasion de déguster les vins produits par ce vigneron.

De belles surprises m’attendaient, sur la cuvée 100% viognier notamment(d’une fraîcheur saisissante) et sur une cuvée en rouge cette fois 90% syrah-10% viognier (l’esprit de la Côte-Rôtie est parmi nous…). De nouvelles cuvées ont vu le jour il y a quelques années, mais cette fois, dans des appellations plus septentrionales (surprise), je laisserai soin aux petits curieux que vous êtes de vous y intéresser de près… Car ça goûte franchement bien.

Une photo "Made in Binbin"

J’ai l’impression d’avoir fait bonne pioche lors de cette dégustation, en effet, les vins produits par le Domaine Montine m’ont séduit (ce qui n’était pas chose aisée). Au domaine, tout est mis en œuvre pour vous faire passer un moment fabuleux et inoubliable (allez voir sur le site, c’est encore une surprise).

LE MEILLEUR RESTE A VENIR

Toutefois, je ne suis pas encore totalement convaincu par l’ensemble des vins produits sur cette appellation (et c’est le cas pour beaucoup d’autres d’ailleurs), mais la volonté commune de ces vignerons d’aller dans le même sens est louable.

Coup de chapeau à l’AOC Grignan-Les-Adhémar qui a su remettre en question sa stratégie pour aller toucher de plus près les étoiles et nous régaler de ses précieux nectars.

LA SUITE DANS LES AVENTURES DE BINBIN FOUDEVIN…

Publicités
Lire la suite de "OPERATION SEDUCTION EN VALLEE DU RHÔNE MERIDIONALE"

UNE PLUIE D’ETOILES FILANTES A ANGERS

Raz de marée dans le Val de Loire : Le salon des vins qui se déroulait à Angers a tenu toutes ses promesses. Convié à l’occasion du Wine Blog Trophy, j’en ai profité pour aller dénicher quelques talents et confirmer ceux qui on déjà percé.

Je me suis retrouvé comme un gamin face à la multitude d’appellations et des styles de vins présentés. Chasselas, Melon de Bourgogne, Chenin, Sauvignon, Menu Pineau (ou arbois) et Romorantin pour les vins blancs. Pineau d’Aunis, Pinot Noir, Gamay, Cabernet-Franc, Cabernet-Sauvignon, Grolleau et Cot (Malbec) pour les vins rouges.

Ici les « comètes » côtoient les « étoiles » de demain. Quelques déceptions tout de même, mais trop peu pour faire un scandale, dans la vie il faut avancer, alors laissons-les aux oubliettes et parlons de ceux qui le méritent.

LA SUITE EN PHOTOS « MADE IN BINBIN »:

Frantz Saumon nous a encore joué des tours. C’est grâce à sa cuvée Minéral + que nous nous sommes qualifiés au WBT. Une belle surprise sur un chenin non ouillé vinifié type vin jaune. Il fait partie de l’association « Singuliers Vignerons ».
Je pensais croiser le « Parrain » (cf rvf Janvier 2012) de Montlouis mais j’ai rencontré un homme discret et accessible. Des cuvées fracassantes, tout est bon chez Chidaine.
Le grand Patrick Baudoin est en train d’atteindre les sommets de l’Anjou! Un homme généreux et humble qui nous régale depuis plusieurs années déjà. C’est une grande confirmation pour ce vigneron talentueux qui a relevé avec brio le défi de Binbin.
L’association « Singuliers Vignerons » est à nouveau représentée avec Philippe Tessier. Des cuvées produites en AOP Cour-Cheverny et Cheverny tout en dentelle. Un homme rigoureux qui tire l’appellation vers le haut!
Le domaine Charles Joguet confirme. Chinon possède quelques domaines fantastiques, et celui-là en fait partie. Des cabernet-franc mûrs et minéraux. Que dire Anne-Charlotte… Vive les glissades sur la neige et… « Rock & Roll Attitude »!
Trois ans déjà que je te suis, j’adore tes Saumur. Passionné engagé dans la biodiversité, Guillaume du domaine de la Fosse-Sèche  enchaîne les millésimes avec brio  (son site qui vous exprimera bien mieux que moi sa philosophie). Bravo l’ami!
Jean-François Mérieau confirme aussi. Une préférence personnelle pour ses blancs et une mention spéciale pour le sauvignon non-ouillé et élevé pendant 4 ans en fût de chêne « Tue le Boa » .
Sébastien Brunet magnifie le chenin. C’est une belle découverte sur Vouvray! A suivre donc!

 3 MÉTÉORITES POUR LE PRIX D’UNE :

Cour-Cheverny… Je viens de prendre une gifle, une verticale de 3 millésimes et je suis convaincu par les vins de Laura Semeria. Eblouissant, du punch, du fruit mûr et concentré. Bravo Madame! Domaine de Montcy, c’est l’émotion garantie! Parole de Binbin
Je le re-mentionne, il le mérite.Jonathan Pabiot produit des cuvées de haute volée en AOP Pouilly (Fumé et Loire)
Domaine la piffaudière, l’article est déjà disponible. A suivre également, nouvelle pépite du Val de Loire! Olivier Bellanger

Les bonus seront disponibles prochainement…

LA SUITE DANS LES AVENTURES DE BINBIN FOUDEVIN!

Lire la suite de "UNE PLUIE D’ETOILES FILANTES A ANGERS"

JE NE BOIS PAS DE JB!

Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n’y est pas, si le loup y était, il nous mangerait!

Et je lui crierais :

Je ne bois pas de JB, « croix de bois, croix de fer, si je mens j’irais en enfer ».

Titi, Oliv’, Michel et les autres t’adoubent ou te comparent au Crocodurille (Meursault).

Je déguste tes blancs 2011 juste tirés pour l’occasion. Un jus mûr et concentré d’agrumes et de coing, de la tension en finale. Encourageant!

Je rêve d’une cuvée au doux nom « Les p’tits loups ». Une cuvée fraîche et sans bois neuf. Désolé, je suis sentimental…

Pas question selon toi. Du bois, du bois, du bois!

J’ai simplement lancé le débat : « le bois neuf est-il un bon allié du chenin? »

Tu as rétorqué, non pas sans agressivité et totalement décomplexé :

« Je ne sais pas faire du vin sans bois! »

Je ne m’incline pas et préfère t’affronter, je n’ai pas peur des coups de bâton.

Asseyons-nous sur un banc et dégustons ensemble.Je découvre tes millésimes plus anciens (en blanc toujours), c’est le coup de massue nous ne sommes définitivement pas fait pour nous entendre.

La prochidaine fois j’irai de l’autre côté de la butte.

Je ne suis pas assez parkerisé par le bois neuf selon toi, j’assume pleinement.

Je t’ai pourtant causé après ta pose sandwich… Tu étais quand même grognon!

Tu prendras bien un petit dessert… Blanc-manger au kombava, vanille bourbon et copeaux de bois

Je ne veux pas goûter tes rouges… J’ai juste besoin d’un peu d’air frais, d’entendre moins d’aberrations… Et de rincer ma bouche patinée de vanilline… 1-2-3 zéro  blo blo blo

PETITE ATTENTION POUR MON PROTÉGÉ

Avec tout le respect que j’ai pour toi, ne sachant pas faire du bon vin et n’ayant pas ta renommée, permets-moi seulement cette parenthèse sans langue de bois.

Je suis un petit pot de colle à bois, je reviendrai, et je tacherai de te faire bien meilleure impression… J’aimerais, si tu m’acceptes au stand ou au caveau, goûter tes vins rouges et surtout te faire part au combien je respecte chacune des lignes que tu as écrites pour la gLoire. Mais pour l’instant, c’est décidé, je ne boirais pas de JB, même pas avec du coca. Plutôt rester à l’eau! Allez, boisons un coup à ta santé!

LA SUITE DANS LES AVENTURES DE BINBIN FOUDEVIN!

 

Lire la suite de "JE NE BOIS PAS DE JB!"

GENERATION BINBIN : NOUVEAU TALENT EN VAL DE LOIRE #2

Et de deux…en Val de Loire, toujours…

Il n’a pas encore 28 ans (comme Binbin) et ses vins sonnent comme un coup de tonnerre sur les appellations « Pouilly-sur-Loire » et « Pouilly-Fumé ».

Nina et Jonathan, un duo qui casse la baraque!

RENCONTRE IMPROBABLE :

Je ne l’ai pas rencontré sur un salon (encore…décidément) mais à une tablée que j’ai rejoint tardivement en compagnie d’Anne-Charlotte Genet du domaine Charles Joguet (Chinon). Il n’y avait pas n’importe qui… Quelques collaborateurs de B&D, du Gault & Millau, anciens de la RVF, et autres nouvelles pépites de vignerons.

Hop, une photo collector

AU PROGRAMME :

Débat : il fallait que j’obtienne quelques réponses de la part de certains, on était en off, donc je ne divulguerai rien mais je les remercie pour leur honnêteté…

Mais surtout…

Une dégustation off des vins produits par deux jeunes vignerons qui envoient du lourd, du très lourd : Antoine Olivier, dont je parlerai un peu plus tard et…

Séquence fou rire garanti!

Jonathan Pabiot « Domaine Jonathan Didier Pabiot ».

Un domaine de 19 hectares, 2 AOC, 5 cuvées et 2 cépages cultivés « Chasselas » (Pouilly-sur-Loire) et « Sauvignon » (Pouilly-Fumé). Pour la petite anecdote, seulement 40 hectares sont plantés avec le cépage « chasselas » sur les 1500 hectares que compte Pouilly… Il a osé et ça goûte franchement bien!

Une partie certifiée AB et le reste en conversion. Une approche biodynamique, de faibles rendements et des vins ciselés qui frôlent la perfection. Ici on respecte et on écoute le terroir.

Jonathan Didier Pabiot-Vigneron-Agriculture Biologique Les Loges 58150 Pouilly-sur-Loire            O3 86 39 01 32 pabiot-jonathan@wanadoo.fr

Bref, on fait simple, je ne m’arrête pas sur des explications détaillées…Chacun son verre, chacun son petit pif, chacun son palais… Par contre je peux vous affirmer que l’ensemble de ses vins goûtent bien avec des équilibres acidité/sucre parfaitement maîtrisés. Je suis allé à sa rencontre sur le Salon des Vins de Loire à Angers dès le lendemain, c’est une confirmation!

Ma préférence, la cuvée « Aubaine » en AOC Pouilly-Fumé… Allez goûter, vous comprendrez. Il ne m’a pas fallu deux minutes pour être convaincu, son discours tient la route, il sait ce qu’il fait et les vins parlent d’eux même. Encore une affaire à suivre…

Bravo la jeunesse!

LA SUITE DANS LES AVENTURES DE BINBIN FOUDEVIN!

Lire la suite de "GENERATION BINBIN : NOUVEAU TALENT EN VAL DE LOIRE #2"

PIF PAF POUF : NOUVEAU TALENT EN VAL DE LOIRE #1

Le PIF, pour faire simple, c’est le nom de la cuvée produite par un jeune vigneron de Touraine… Vous vous rendrez également compte qu’un peu de PIF et de communication peuvent nous emmener là où seuls quelques chanceux espiègles auraient tenté d’aller : Rencontrer et goûter les vins d’un vigneron sur un salon alors que celui-ci ne les présente que de manière pré-officielle…Dans les coulisses…Pas plus, pas moins, quand cela se passe dans de telles conditions, on se régale. Ce n’était pas prévu, et croyez moi, il y en a encore quelques autres… Je vous en parlerai un petit peu plus tard… Ne soyez pas trop pressés et concentrons-nous déjà sur celui-ci.

Zen Attitude pour ce néo-vigneron, une rencontre pareille, ça marque l'esprit!

PAF, c’est le son émis par le bouchon poussé par une très légère dose naturelle de gaz carbonique (pas de pétillant marqué, pas de reprise des fermentations, le vigneron a volontairement laissé du gaz naturel (CO2) afin de préserver la fraîcheur, d’éviter l’oxydation du vin ainsi qu’une adjonction mortelle de soufre). Et PAF, une première claque pour Binbin.

Des maturités optimales, un canon qui goûte bon le vin de Touraine

POUF, je tombe des nues, une petite bombe de fraîcheur ça ne sauvignonne pas qui peut le pipi de chat, les agrumes sont là, un pamplemousse qui rosit à la vue de mon gros PIF.

Et une météorite de plus dans le monde du vin, il a vu juste, il a tout compris. Bonne chance et encore merci. La rencontre n'était pas prévue mais l'émotion était au rendez-vous!

Il fallait en parler… Le mec est bon, jeune, talentueux. Ses vins goûtent bon (et lui aussi, dégustation commune effectuée sur quelques vins louchement attaqués par la moisissure…Je me sentais un peu seul pour l’évoquer, je ne le connaissais pas, je lui ai demandé son avis, on goûtait de la même façon, même sur du bon. Année 2011 difficile pour quelques vignerons d’une appellation du 44? Affaire à suivre…)

Installé en 2008 sur un vignoble de 7 hectares sur les premières côtes de la vallée du Cher à Monthou(41), entre Montrichard et Saint Aignan. Un vignoble directement emmené en conversion bio s’étendant actuellement sur 10,50 hectares. Des cépages alléchants : Sauvignon,Chenin, Menu-Pineau Cabernet -Franc, Pineau d’Aunis, Gamay, Cot ( Une petite pensée pour les poules de maman : « Cot cot cot Malbec »)

2010, c’est le début des vinifications, appellations Touraine et Vin De France. J’ai goûté, je suis déjà converti. Olivier Bellanger, vigneron, allez-y, ce mec est bon, il ne matraque pas la vigne, récolte mûr, puis vinifie et élève avec justesse. Parole de Binbin.

DOMAINE LA PIFFAUDIERE : Olivier Bellanger96 route des caves41400 Monthou sur Cher 06.44.11.12.18 02.54.71.89.19 domainelapiffaudiere@gmail.com

 

 

 

LA SUITE DANS LES AVENTURES DE BINBIN FOUDEVIN!

Lire la suite de "PIF PAF POUF : NOUVEAU TALENT EN VAL DE LOIRE #1"

Une Perdrix qui Chante bon « Les Grandes Places »

Philippe Verzier « Domaine de Chante Perdrix » l’a annoncé officiellement ce lundi 30 janvier 2012 au Caro de Lyon : Il produit 1200 bouteilles par an d’une cuvée confidentielle de Côte-Rôtie. Une belle occasion pour nous présenter les vins issus de syrah plantés sur la très prisée parcelle des « Grandes Places » à Ampuis. Un premier millésime sur 2009 tout en chair et en profondeur.

Côte-Rôtie "Les grandes Places" 2009, 1er millésime produit sur ce lieu-dit d'Ampuis

Ce jeune vigneron a profité de l’occasion pour faire sauter quelques bouchons de vieux flacons produits dans les AOC St Joseph, Condrieu et Côte-Rôtie. Une belle initiative qui nous a permis de mieux apprécier l’évolution de ses vins. Je dirais même plus, une initiative louable car trop peu de vignerons osent ainsi proposer et partager de vieux millésimes. Une crédibilité accrue après dégustation qui propulse indiscutablement ce vigneron dans la cour des grands!

-Un Condrieu 1998 qui dévoile de subtils arômes de miel et de fruits secs; Une bouche encore présente qui se verrait bien mariée à un homard d’Audierne.

-Un Saint Joseph rouge « La Madone » 2005 aux accents de clou de girofle, de poivre blanc, de fruits noirs(mûre) et de cuir. La bouche est vibrante, fraîche et veloutée. Un accord suffisamment digne pour aller titiller le Filet de boeuf façon Rossini proposé pour l’occasion.

-Un St Joseph blanc « Granit » 2010 classieux et juste où marsanne et roussanne sont en parfaite harmonie.

-Un Condrieu 2010 aux arômes puissamment prononcés de violette, tendu et équilibré.

-La Côte-Rôtie « Les Grandes Places » 2009 présentée dans son premier millésime annonce un jus concentré aux accents de syrah septentrionale. Pas de sensation d’alcool, des arômes de violette et de fruits des bois. Une bouche ample  accompagnée par le bois que l’on attendra quelques années.

Pas de fausse note dans cette dégustation.

Côte-Rôtie, Vénus et Gaulois, ne cherchez pas l'intrus, il n'y en a pas!

Philippe Verzier, c’est franchement bon et on redemande! Une autre bonne nouvelle, la certification en « Agriculture Biologique » est attendue pour le millésime 2013, et même si Philippe avoue avoir toujours œuvré pour le respect du terroir, il a tout intérêt à le revendiquer à travers un logo le stipulant.

LA SUITE DANS LES AVENTURES DE BINBIN FOUDEVIN!

Lire la suite de "Une Perdrix qui Chante bon « Les Grandes Places »"

Chambéry, oh oui!

La première biennale des vins de montagne a démarré ce vendredi 27 janvier 2012 au manège à Chambéry.

L’initiative, la volonté et le dynamisme de plusieurs acteurs de la communication et du vin ont permis à ce projet innovant d’aboutir. (Monique Marchal « Chambéry Promotion », Sébastien Toursel « Plaisir du vin », Franck Merloz « Tweet a wine »  ainsi que tous ceux que j’oublie de citer).

Le Jura, la Savoie, le Sud-Ouest, les Alpes suisses, les Pyrénées françaises, les Alpes italiennes, la Moselle allemande et le Bugey étaient représentés dignement.

Séduit? Vous voulez dire conquis!

Deux amis m’informent un peu tard de ce rendez-vous, « quand on veut, on peut ». C’est parti…

Vendredi 11H, le temps est au beau fixe. Un coup de fil à notre cher représentant national des vins de Savoie « Franck Merloz » et les dés sont jetés. Nous voilà dans de beaux draps, mais entre de bonnes mains.

Sébastien Toursel, gérant de la cave « Plaisir du Vin » nous attrape au passage pour une visite guidée permettant aux vignerons présents de se présenter. Ca c’est plutôt chouette comme accueil, il faut bien le reconnaître.

Notre panier pic-nic englouti, il nous tarde de déguster. Nous? Exceptionnellement je suis accompagné de mon protégé, élève attentif et doué « made in La Réunion ». Il a compris le truc ce petit, je vous le dit. Sitôt le dos tourné qu’il file se faire la main avec des vins jurassiens… En voilà un apprenti qui va droit au but! Autonome et avide de découvertes, il ne m’a pas attendu pour aller se forger le palais avec quelques trousseau, ploussard et savagnin du Domaine Baud. 1H passe et le voilà tout souriant. Il a discuté avec des vignerons, il prend le chemin de la passion… Vivement que tu crées ton blog…

Je ne vous fais pas plus attendre… La suite en photos :

Une ambassadrice de prestige pour la maison suisse « Varone ». Des vins du Valais justes et précis, une « Petite Arvine » détonante, une cuvée « Blandice » tout en flatterie. Des rouges  produits à base des cépages « cornalin, pinot noir, syrah et humagne rouge », tous maîtrisés. Cette maison joue la carte des cinq sens et Nathalie Ferretti est là pour vous le faire savoir! « Goûtez voir! »
Ce « jeune » vigneron de Chignin vole de ses propres ailes depuis 2006. Adrien Berlioz produit 13 cuvées pour seulement 5 hectares de vignes. Une « jacquère » explosive! A confirmer sur les cuvées de « mondeuse noire » qui n’étaient pas présentées. Une photo collector, en voilà un qui aime le goût du risque!
Mais qui se cache derrière « Le jaja » et « Les fripons »? Gilles Berlioz nous propose ici des cuvées gourmandes de belle facture. Au fait Gilles, n’oublie pas de m’appeler pour les vendanges, j’ai hâte de poser avec vous…
Franck Peillot a joué le jeu. Le Bugey n’est pas assez représenté dans les salons. Quand on goûte les vins que produit ce gars là, on se dit qu’on doit passer à côté de belles choses. Une « Altesse » qui fait l’effet d’une bombe, un « Montagnieu » qui fait chanter mon palais, pinot et mondeuse noire m’encouragent à en savoir plus… Cela fait plus une heure qu’on discute et que je ne me lasse pas (Evelyne Léard-Viboux journaliste et auteur du livre « Jules Chauvet, naturellement » s’est jointe à nous). Je nous verrai bien tous les trois à « La table de Guy » pour relancer ces beaux débats… Il ne reste qu’à fixer la date.
Louis Magnin… Quelle altesse 2008! « La brova » et « Tout un monde », n’en parlons pas! La réputation de tes vins n’est plus à faire, mais pour l’entretenir, mieux vaut en parler. Pas de fausses notes, pas de bouteilles cassées non plus. Louis Magnien maîtrise la « verticale »!
Attention… Roulement de tambour… La météorite du salon, une découverte marquante. Franck Merloz peut en témoigner, j’ai dit : « je goûte une cuvée et je m’en vais, suis à la bourre, je dois filer à une dégust Val de Loire ». Tu parles, un quart d’heure plus tard, j’étais encore à la discussion avec Jean-Marc Grussaute du domaine Camin Larredya. Des « Jurançon » explosifs, tendus et taillés pour la garde. Promis, Jean-Marc, je ne vais pas te les piquer tes bouteilles, je veux juste un verre de plus…

Encore une fois, je ne parle que ceux dont j’aime les vins et que j’ai eu le temps et la chance de rencontrer. Alors, promis, je ferai mieux l’année prochaine, je bookerai mon week-end en entier, car ce salon là, il valait le détour!

Photos Bonus :

Bonne Année! copyright Gilles Berlioz

Merci à tous de vous prêter au jeu, vivement la Biennale des vins de montagne Acte 2.

LA SUITE DANS LES PROCHAINES AVENTURES DE BINBIN FOUDEVIN…

Lire la suite de "Chambéry, oh oui!"