COMING OUT D’UN NATURISTE

Petite mention spéciale aux copains qui m’ont violé en douceur et qui, sans une quelconque forme d’extrémisme, ont largement contribué à l’évolution de mes envies de soiffard … (Verco, Vins Natures, Le Vin des Vivants, Katsu, Olif, Palégrié …). Vous voyez à quel genre d’article je dois me résigner à écrire désormais…J’ai essayé de revenir en arrière mais cela semble impossible désormais.

Publicités
Lire la suite de "COMING OUT D’UN NATURISTE"

A BOUCHE QUE VEUX-TU?

J’avais dans mes petits papiers quelques repères idéals pour déjeuner du côté de Paris. Mais cette fois-ci, mes doigts ont pianoté plus vite que ma pensée… La réponse tombait sur les réseaux sociaux avant même que mon message ne soit publié… Maître Iommi veillait au grain…  Le mercredi, c’est le jour de sortie du Binbin et le Jedi s’est alors dit « S’il est à Paris, tous les coups sont permis »…  « Va chez l’ami  Arthur Petillaut à l’Hédoniste par ex… »

 5 minutes plus tard, une horde de gastronomes trombinoscopiques m’envoyait manger dans toute la ville…

Midi Pile… Les poutres dévoilent leurs rondeurs faisant valser le drapeau de l’hédonisme au dessus de nos têtes. Le temps s’est arrêté… Pif, miam, slurp

La prochaine fois, on pourra peut-être s’en faire une tous ensemble… Mais il faudra vous mettre d’accord… Tant de bons rapports prix/plaisirs à Paris… Mais cette fois-ci, je n’ai ni le temps ni l’estomac pour tout essayer… Il va falloir que j’aille y vivre quelques mois… Et peut-être redescendrais-je dans la capitale Curnonskyenne (Lyon) dans une barrique bourguignonne…

Accord mets & photo… Les mots me manquent… Le lapin du Bois de Boulle (44), cuisse, râble, côtelette, cuissot… Et la tête et la tête… Gentille lapinette!

Direction le quartier Montorgueil, ils sont là, bien échauffés. Et un et deux sourires, l’hédonisme ne commence t-il pas dans l’amitié selon Epicure?

Bistrot chic, bistrot chic… Non, non mesdames, messieurs, un restaurant, un vrai dans lequel vous venez vous faire fissurer le palais. Laissez-les choisir les plats et les vins, ils savent faire leur métier!

Les conseils d’Antonin, l’Hédoniste, deux sourires, et des nouveaux copains… Le cadre est minimaliste et rassurant… Les poutres à la française dansent au plafond… Et le regard si malicieux de cette fille de Champagne lorgnant sur mon petit lapinou… A moi l’impétueux Hédonisme!

La carte des vins… Je commence à comprendre la raison pour laquelle j’ai atterri au Paradis. Il y a du vin « nature » (mais provenant uniquement de vignerons qui en maîtrisent l’art) et de beaux flacons plus classiques mais néanmoins de très belle facture, des gens naturels ainsi qu’une cuisine simple, vraie et perfectionniste…

A bouche que veux-tu… Une robe dorée, des notes de rhubarbe, d’anis et légèrement oxydatives de poire et de coing. La bouche est fraîche et pleine. Belle découverte- Affaire à suivre (cf photo 3)

Le menu du jour ou l’art de maîtriser et de revisiter de simples basiques… Entrée pétillante de saveurs!

Gaspacho de tomate, huile de Kafir (combava ou citron vert bosselé aux arômes puissants mais subtilement dosés tirant sur le palais et exhaustant la saveur déjà tendue de la tomate),gingembre, petites girolles soyeuses et des herbes folles au pouvoir iodé enveloppant.

Le service est audacieux et Jean Cocteau serait heureux de savoir que ces admirateurs officient à l’Hédoniste. Le tact dans l’audace, n’est-ce pas de savoir jusqu’où l’on peut aller trop loin?

Domaine Les Terres Promise. Un néo-vigneron installé dans les Bouches du Rhône…. VDP de la Sainte Beaume « Ugny blanc & Rolle 2011, Jean-Christophe Comor. Une très belle surprise!  Et un accord idéal sur mes deux plats. A servir bien frais.

Plein d’humour, de bon boire et de manger.

Le lapin du Bois de Boulle (44) (non ce n’est pas une blague), dans tous ses états. Caramba, jamais je n’avais mangé un lapinou aussi fondant! L’équilibre du goût et des textures est respecté. Y’en a pas qui pourraient prendre exemple?!

C’était parfait, intense pour les sens… Le temps s’arrête et le plaisir continue…

Chocolat & Thé Matcha, kumquat et passion…

Bravo les gars! La tête dans les étoiles… Pif, Miam, Bye!

LA SUITE DANS LES PROCHAINES AVENTURES DE BINBIN FOUDEVIN…

Lire la suite de "A BOUCHE QUE VEUX-TU?"

CHEZ PIERRETTE A LA LOZERETTE…

La quête aux bonnes tablées lozériennes fut sans relâche… Les réseaux sociaux aidant, notre navire a donc chaviré et élu domicile au restaurant La Lozerette dans le village de Cocurès, à l’ouest de Florac dans la partie sud de la Lozère.

Pas un restaurant de sûr dans le charmant village de Florac… Nous nous exilons donc sur Cocurès

L’hôtel-restaurant paraît accueillant au 1er coup d’œil, une terrasse arborée et aménagée juste en face sur laquelle il nous est recommandé de prendre le premier verre.

Qu’il est bon de prendre l’apéritif sur la terrasse arborée du restaurant. Sans vouloir paraître snob, un Champagne de vigneron aurait été plus souhaitable…

Champagne D…Z  (comme on n’aime peu on en dit peu) et quelques merveilles d’amandes entières grillées et croquantes.

Amandes grillées, une très belle alliance sur du Champagne!

Il est temps de choisir car Pierrette nous attend… La carte des vins… Je ne peux plus attendre, j’ai besoin de ma lecture quotidienne!

Difficile de faire son choix… Tous les plats nous tentent…

Petite lecture en diagonale dans le pavé qu’on vient de me remettre. Il va me falloir tout un repas pour avaler autant de références…

D’Yves Leccia au Château d’Yquiem il n’y a qu’un saut de page. En passant par Montpeyroux chez l’ami Chabanon, et on pousse la porte de la Loire avec Richard Leroy…

Quelques 300 surprises n’attendent qu’à être sorties de leur orphelinat.

Lors de notre première venue à La Lozerette, j’avais laissé les rennes à Pierrette. Et côté vin, elle s’y connaît! Membre de l’U.D.S.F. (Union Des Sommeliers Français), celle qui a collaboré avec Éric Beaumard (Vice-Sommelier du monde 1998) a de la bouteille!

Il suffit de regarder la carte des vins pour comprendre qu’il n’y a aucune fausse note! Cette fois-ci, c’est le petit Binbin qui a choisi…

Terrine de tomates à la brousse, l’agneau rôti et sa purée de pommes de terre aux olives…

Brousse de chèvre et confit de tomates… Choisissez pour cela un vin rouge frais avec toutefois de la matière. Trop d’acidité pourrait exacerber celle déjà présente dans la tomate… XB de Xavier Bénier (Beaujolais) par exemple serait un parfait allié. Si vous préférez le vin blanc, choisissez le plutôt ample et un peu plus sudiste. Les cépage Rolle, Roussanne et Marsanne feront des merveilles sur la tomate…

Pour cette deuxième manche, l’accord entre le Bandol Château Pradeaux 2005 (35€) et l’agneau me semblait inévitable!

Superbe accord entre l’agneau et ce Bandol Château Pradeaux 2005. Les notes subtilement iodées du vin vont s’accorder parfaitement avec la puissance gustative de l’agneau.

Le dessert, un chouette classique qui séduit à tous les coups (même deux jours plus tard lorsqu’on y retourna), le chocolat-feuilletine-praliné…

Pour le dessert, le choix de Pierrette s’est porté sur le Banyuls. Simple mais très efficace!

Petit retour sur la terrasse afin de profiter des derniers instants à La Lozerette. Un lieu magique, un service vraiment soigné et attentionné. Et mention ++ pour la patronne!

Dernier moment en compagnie d’un Grand-Marnier « centenaire » et de quelques mignardises. La tête dans les étoiles…

LA SUITE DANS LES AVENTURES DE BINBIN FOUDEVIN…

Lire la suite de "CHEZ PIERRETTE A LA LOZERETTE…"